Welcome to !

     Test au hasard




     Jeux
Les tests classés par:

-Ordre alphabétique

-Ordre chronologique

-Genre

-Plateformes

-Série

-Tous

Téléchargements


     Plateformes
Plateformes

     Site
Aider le site

Ecrivez un article

Recommandez nous

Statistiques

Top 10

Contacts

Crédits


     Recherche



     Partenaires




Jeux Plus






 Test: MONKEY ISLAND 2 : LeChuck's Revenge

Aventure
Editeur : LucasArts

Date de sortie : 1991

Genre : Aventure

Plateforme de test : Ms dos

Autres plateformes : Amiga Apple 2 fmTOWNS
Monkey Island 2

Pour les néophytes qui n'ont jamais eu la chance de jouer au premier épisode, une présentation de The Secret of Monkey Island s'impose. Le héros, Guybrush Threepwood, est un jeune homme qui souhaite devenir pirate. Il n'a pourtant rien pour, ni la carrure, ni le courage mais son obstination va le conduire dans une aventure fantastique. Le décor est planté dans des îles des Caraïbes, dans une ambiance bon enfant aux antipodes du monde pirate cruel, avec une multitude de personnages dont les 3 principaux du premier volet sont Guybrush, Elaine (ils vont tomber amoureux) et le vil pirate fantôme LeChuck. A la fin du premier épisode, Guybrush aura réussi les épreuves qui le feront devenir pirate, il aura battu LeChuck et l'aventure se ponctue par un baiser langoureux avec Elaine. Voilà pour l'histoire, mais voyons un peu ce qui nous attend dans ce nouvel opus...

Afin de présenter un peu l'ambiance et le scénario de ce second épisode, commençons par le début : l'introduction (qui est digne de ce nom car elle est utile au jeu). Après avoir choisi le niveau de jeu (nous en reparlerons plus tard), l'introduction démarre sur une scène à laquelle on ne s'attend pas : Guybrush est suspendu à une corde par une main et dans l'autre il tient un coffre. Arrive alors Elaine qui l'interpelle. Cliquez sur Guybrush dans l'image ci-dessous pour voir l'intégralité de la première scène de l'introduction (qui est assez longue dans sa totalité) :

 

C'est à la scène suivante que l'on comprend qu'on avait affaire à un flashback, et c'est bien là toute la magie du jeu : on assiste à une des dernières scènes du jeu et il va falloir tout découvrir pour en arriver là et pour en connaître le dénouement... Sur l'île de Scabb, Guybrush fini de raconter de façon rocambolesque l'histoire du précédent épisode à deux pirates et leur révèle qu'il est désormais à la recherche du trésor de Big Whoop. Et c'est reparti...

La jouabilité est très bonne car elle s'appuie sur le système désormais éprouvé du "Point & Click" né avec LucasFilm Games (ex LucasArts) et son système de programmation SCUMM (Script Creation Utility for Maniac Mansion) : il suffit pour lancer une action de cliquer sur le verbe approprié (ex : ouvre) puis sur un objet qui permet cette possibilité (ex : porte). De façon à ne pas perdre trop de temps, seuls les objets généralement utiles sont "cliquables" à l'écran.

Pour les dialogues, le fonctionnement est aussi très simple. Il suffit de cliquer sur "parle" puis sur le personnage. Une liste de questions va alors s'afficher à l'écran et dans la même logique, il suffit de choisir les questions que l'on veut poser ou les réponses à donner à l'écran. Attention, le résultat de la discussion peut-être complètement différent selon les phrases choisies, le thème et le ton donné... Il est parfois nécessaire de s'y reprendre à plusieurs fois avant d'avoir gain de cause !

Le jeu est découpé en 4 parties comme un roman. Chacune a un titre et est illustrée par une "page de garde" qui donne du caractère au jeu et nous change du principe de niveau numéroté, nous sommes là en présence d'un réel découpage de jeu qui n'est pas une suite de scènes mais qui amène un intérêt et un but donné.

Les 4 parties du jeu
 
 

Dès que vous quittez la plage où Guybrush discutait, vous arrivez en "ville" où vous devez passer le pont, seulement Largo Lagrande, fidèle serviteur de LeChuck, va vous délester de votre argent pour le "droit de passage" et ainsi vous faire comprendre qu'il est le patron sur l'île.

La ville de Woodtick

Désormais sans un sou en poche, il va falloir vous débrouiller pour acquérir les objets nécessaires à la confection d'une poupée vaudou qui vous permettra de donner une bonne leçon à Largo et de quitter l'île à la recherche de votre trésor.

Les 3 îles répertoriées

L'île de Scabb

L'île de Phatt

L'île de Booty

L'île au trésor (Dinky)


Ci-dessus les différentes îles et ci-dessous différents lieux où vous vous rendrez, de jour ou de nuit dans un but toujours précis et parfois très tordu. Vous aurez ainsi entre autre à récupérer un crachat, à piéger un rat ou encore à redonner vie à un cuisinier enterré, dans des situations plus loufoques les unes que les autres mais toujours dans une logique définie et dans un environnement magique. Mais je ne vous en dis pas plus...

Les marais de Scabb

La ville de Phatt
 

Le village de Booty

La plage de Dinky
 

Vous avez fait connaissance de certains personnages dans le premier épisode. Il y a des vendeurs classiques mais aussi des personnes étranges tel le parieur ou la dame vaudou mais aussi certaines idées très bien trouvées (comme la danse des parents de Guybrush pleine d'indices grâce à leurs squelettes ou la réincarnation de Guybrush en chien...).

La danse des parents de Guybrush

Au début du jeu, un choix s'impose entre :

C'est tout simplement une question de difficulté ; le premier donne l'intégralité du jeu à faire et le deuxième ne révèle qu'une partie des énigmes. Le jeu est donc plus ou moins long et complexe selon la sélection effectuée.

Le manoir d'Elaine

Au niveau son, il y a le choix car à l'époque, un certain nombre d'ordinateurs ne disposaient pas de carte son alors que d'autres étaient équipés pour de la musique semi voire professionnelle. On retrouve donc 4 configurations : le Buzzer (ou haut-parleur interne) que tout le monde possédait, Adlib (petite carte son de base), Soundblaster (stéréo et qualité CD en 44 Khz) et Roland MT 32 (le must pour de la musique midi). Pour vous faire une idée, vous pouvez écouter la musique d'introduction (version midi).

Quelque soit votre équipement, le jeu s'en sort très bien et utilise la totalité du potentiel avec de superbes thèmes musicaux, une musique entraînante et de bon sons que l'on doit à Michael Z. Land depuis The Secret of Monkey Island et à un système de musique intitulé iMUSE développé par cette même personne en collaboration avec Peter Mc Connell.

L'intérieur de la forteresse de LeChuck

Quant aux graphismes, commençons par nous resituer dans le contexte de l'époque : on trouve encore des ordinateurs monochromes (sans couleurs), du CGA (4 couleurs) du EGA (16 couleurs) et du VGA (256 couleurs). Monkey Island 2 fait fureur avec le VGA 256 couleurs, ses splendides décors, ses dégradés et ses animations ! On peut dire la même chose des versions du jeu PC, Mac & FMTowns en 256 couleurs mais pas Amiga en seulement 32 couleurs. Une réussite quasi-totale qui peut paraître étonnante aujourd'hui.

La résurrection du cuisinier

La série des Monkey Island ne s'arrêtera pas là. Alors que le premier, The Secret of Monkey Island, était sorti en 1990, le deuxième, Monkey Island 2 : LeChuck's Revenge, l'avait suivi de près en 1991, mais il faudra attendre 1997 pour The Curse of Monkey Island et 2000 pour Escape from Monkey Island. Ces 2 derniers sont à mon avis moins bons que les 2 premiers, probablement à cause des évolutions technologiques entre les années 90 et les années 2000 qui effacent un peu la magie du jeu, notamment dans le quatrième épisode passé à la 3D. On voit clairement l'évolution du personnage de Guybrush ci-dessous beaucoup moins marquée entre le 1er et le 2ème que les deux autres. Les deux premiers épisodes de la série seront retravaillés et passés en "haute définition" avec des voix digitalisées et commercialisées dans des éditions spéciales, plutôt pas mal réussies (surtout le deuxième). S'ensuivront plusieurs chapitres de Tales of Monkey Island, dans un genre un peu différent.

En conclusion, Monkey Island 2 : LeChuck's Revenge est un très bon jeu de 1991 pour ses graphismes et sa musique et reste aujourd'hui un incontournable pour ses personnages, son humour, sa jouabilité, sa durée de vie (une cinquantaine d'heures) et son scénario superbement ficelé. Un hit en puissance, un titre MYTHIQUE du jeu vidéo d'aventure, bref LE jeu que je préfère dans cette catégorie. A l'abordage ! Su au zombi LeChuck !

Scénario
Durée de jeu
Ambiance, humour
Personnages
Interface simple

Musiques superbes

Pas de voix digitalisées

Par Lancelot

Merci au webmaster du site La Caverne de Guybrush pour une bonne partie des images de ce test.

Test :
Lire le test scanné du magazine



Note :

Ce jeu n'est pas considéré comme abandonware car LucasArts refuse ce principe, même pour des jeux que l'éditeur ne commercialise plus.




 
     Série

Monkey Island


     Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 4.02
Votes: 41


Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais


     Options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)






Evolugame est paramétré pour un affichage en 800*600. Il est compatible Mozilla firefox 1.5, et Internet Explorer 7.0.
Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.
Site Web sous Copyright © 2005 par PHP-Nuke. Tous droits réservés. PHP-Nuke et FS-Nuke sont des logiciels libres en version GNU/GPL license.
Version Adapté à free.fr et à online.net par FreeScript.be
Page générée en: 0.05 Secondes