Welcome to !

     Test au hasard




     Jeux
Les tests classés par:

-Ordre alphabétique

-Ordre chronologique

-Genre

-Plateformes

-Série

-Tous

Téléchargements


     Plateformes
Plateformes

     Site
Aider le site

Ecrivez un article

Recommandez nous

Statistiques

Top 10

Contacts

Crédits


     Recherche



     Partenaires




Jeux Plus






 Test: SHADOW MAN

Action
Editeur : Acclaim

Date de sortie : 1999

Genre : Action/ Action/aventure

Plateforme de test : Playstation

Autres plateformes : Dreamcast Nintendo 64 Windows
Shadow Man

Tiré d’un comics américain, Shadowman se décide à venir défendre le monde contre les hordes infernales sur nos écrans. Préparez-vous, ce shoot vaudou « à la troisième personne » va vous faire voyager aux confins de l’horreur…


Tout commence le 9 novembre 1888, dans une cave humide de Londres. Après avoir tenté d’atteindre l’immortalité en assassinant ses proches, Jack l’Eventreur se prépare à mettre fin à ses jours. C’est alors qu’à la lueur vacillante des bougies, apparaît une silhouette. Celle de Légion, Prince des Ténèbres, Celui qui Est Plusieurs. Il propose un pacte à Jack : il lui offrira l’immortalité dans l’autre monde, s’il utilise ses talents d’architecte pour y construire l’Asylum, lieu de culte de la douleur, matrice d’énergie pour les armées des morts au service de Légion.
Jack accepte et se sacrifie sur place. Plus d’un siècle plus tard, Légion est pratiquement parvenu à réunir les conditions qui lui permettront d’envahir la Terre à la tête de hordes de morts-vivants. Il s’est attribué le concours de cinq des plus dangereux psychopathes en exercice, et ceux-ci, quasiment immortels, sèment déjà la terreur au Texas, à New-York et à Londres. Mais une prêtresse vaudou a senti le danger. Elle a vu en rêve les cinq hérauts de l’Apocalypse déchaîner le chaos et la destruction, et demande au Shadowman de les stopper le plus vite possible.

Mike, l’anti-héros


Le Shadowman, c’est Michael Leroi, porteur du Masque des Ombres, le personnage que l’on incarne. Son pouvoir : passer du monde des vivants à celui des morts grâce à un nounours nommé Teddy, poupée vaudou mutilée le reliant psychiquement à son frère mort. Ce Noir plutôt balaise se transforme dans le monde des morts en ombre messagère de souffrance et de dévastation. Cette souffrance, Mike la porte aussi en lui : privé de son frère et de ses parents, et du même coup de ses illusions, il se sent chez lui dans « le trou du cul de l’univers », comme il appelle lui-même le monde des morts. Seul point d’ancrage : Nettie, la prêtresse vaudou qui a fait de lui ce qu’il est.

On le voit, le monde de Shadowman, adapté sur PC et consoles par Guy Miller et l’équipe d’Iguana, est résolument adulte. L’humour y est heureusement présent en la « personne » de Jaunty, serpent à tête de mort de son état. Curieusement humain, il donnera quelques indices sur les actions à effectuer dans le royaume des morts.


La beauté du diable

Visuellement, le jeu se présente en 3D polygonale, avec vue du héros à la troisième personne. Dès le premier coup d’œil, la réalisation d’ensemble séduit. La chemise de Mike flotte au vent, et celui-ci est fidèlement représenté… à tel point que l’on distingue difficilement les polygones ! Les animations sont criantes de vérité, qu’il s’agisse de tirer, d’effectuer une roulade, de sauter, s’accroupir ou de s’agripper à une corde. Que dire des bruitages ? Le son des pas diffère selon que l’on se promène sur du bois, de la pierre ou une surface métallique. Le moteur 3D, appelé Vista, permet de placer la caméra de dos, de profil ou de face par rapport au héros, avec trois niveaux de zoom. Il s’avère très fluide en 800 x 600. Seul point noir, la vue subjective. Elle ne permet pas de se déplacer, ce qui est pour le moins gênant lors des combats. En outre, le personnage ne se tourne pas en fonction de l’orientation de la vue subjective : si vous vous placez d’un côté et repassez en vue externe, Shadowman n’aura pas bougé ! Irritant.

Si les amateurs de Quake-like risquent de ne pas apprécier la visée semi-automatique en vue externe, ils découvriront tout de même une possibilité intéressante : celle d’affecter une arme à chaque bouton de la souris, pour simuler la main gauche et la droite. Simple, mais il suffisait d’y penser ! Ils retrouveront aussi la possibilité de se déplacer latéralement, ce qui permet en pratique de tourner autour des ennemis tout en les arrosant.


Voyage au cœur du Mal

Lors de la première plongée dans le monde des morts, on suffoque presque au contact d’un univers particulièrement glauque, et pourtant d’une beauté hideuse. On se promène dans des décors le plus souvent en extérieur, grandioses et morbides. Neurasthéniques s’abstenir ! Des cadavres se dressent devant nous, et cherchent à aspirer notre âme. Il faudra les faire exploser dans un concert de cris d’agonie féminins, pour à notre tour leur arracher leur âme, et nous en repaître. Nous voilà prévenu : pour vaincre Légion, nous devrons nous montrer au moins aussi sanglant et cruel que celui-ci. Mais seules les âmes sombres nous donneront peu à peu la force de franchir les différentes portes du monde des morts. Pour les recueillir toutes, on devra acquérir des pouvoirs spéciaux, comme celui de marcher sur la lave.
Le système des niveaux, bien conçu, permet de se téléporter à tout moment vers un endroit visité : on n’est jamais bloqué, même si l’absence de carte peut gêner. Signalons que les niveaux du monde des morts sont beaucoup plus nombreux que ceux du monde des vivants (16 contre 4). Il en découle un éclairage le plus souvent très sombre, mais ne nuisant jamais à la jouabilité - par ailleurs satisfaisante.
Au total, Shadowman représente une véritable réussite. Les quêtes à accomplir, toujours valorisantes, mélangent subtilement passages de plates-formes, combats et énigmes (des mécanismes à déclencher). La durée de vie est au rendez-vous : pour récupérer les 120 âmes qui permettront de vaincre les cinq psychopathes et Légion, il faudra compter une bonne trentaine d’heures de jeu effectif.

Psychopathes, au rapport !

Afin d’accentuer le réalisme, les scénaristes ont utilisé des fichiers du F.B.I. pour en extraire les données sur chacun des tueurs fous que l’on rencontre. On retrouve ces données dans un dossier confié par Nettie dès le début du jeu. De quoi se mettre d’entrée dans l’ambiance… Plus tard, on découvrira dans l’autre monde la Cathédrale des Douleurs, lieu de culte gothique à chacun des lieutenants de Légion. Chaque aile comporte des thèmes visuels et musicaux propres à l’identité des meurtriers. « Plus le méchant est réussi, meilleur est le film » : cet adage cinématographique se vérifie également dans Shadowman.

Les Pouvoirs du Vaudou

A l’instar d’un personnage de jeu de rôle, Shadowman croît en force et en puissance du début à la fin du jeu. Il ramasse des âmes sombres qui lui permettent d’accumuler davantage de puissance spirituelle, ce qui influe sur la portée et l’efficacité de tir. Les munitions des armes spéciales telles que le Bâton (une lance crachant du feu) deviennent aussi plus nombreuses. Il augmente sa jauge de vie en offrant des « cadeaux » à la déesse Loa. Mieux : des épreuves initiatiques lui permettent de récupérer de nouveaux pouvoirs. Il pourra ainsi toucher des parois en feu sans se brûler, marcher sur de la lave ou même nager dedans ! Enfin, certains artefacts (objets magiques) lui permettront d’escalader des cascades de sang (la Poigne), de générer un bouclier protecteur (l’Enseigne), ou d’utiliser ses pouvoirs occultes dans le monde vivant (les trois éléments de l’Eclipse). Les effets de lumière qui y sont associés sont très réussis, et exploitent à fond les cartes 3D de 1999.


Les effets de lumière en tout genre
Le gain de pouvoirs du héros
La durée de vie du jeu, améliorée grâce aux secrets
La recherche scénaristique et l’ambiance
Les ennemis se regroupent pour combattre

La jouabilité en vue subjective
La luminosité parfois insuffisante
L’I.A. trop faible de certains adversaires (s’obstinent à tirer à côté)
Pas assez de niveaux dans le monde des vivants

Par Emmanuel Guillot




 
     Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 4.66
Votes: 3


Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais


     Options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)






Evolugame est paramétré pour un affichage en 800*600. Il est compatible Mozilla firefox 1.5, et Internet Explorer 7.0.
Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.
Site Web sous Copyright © 2005 par PHP-Nuke. Tous droits réservés. PHP-Nuke et FS-Nuke sont des logiciels libres en version GNU/GPL license.
Version Adapté à free.fr et à online.net par FreeScript.be
Page générée en: 0.07 Secondes