Welcome to !

     Test au hasard




     Jeux
Les tests classés par:

-Ordre alphabétique

-Ordre chronologique

-Genre

-Plateformes

-Série

-Tous

Téléchargements


     Plateformes
Plateformes

     Site
Aider le site

Ecrivez un article

Recommandez nous

Statistiques

Top 10

Contacts

Crédits


     Recherche



     Partenaires




Jeux Plus






 Test: TALES OF DESTINY

Action/aventure
Editeur : Namco

Date de sortie : 1998

Genre : Action/aventure/ Rôle

Plateforme de test : Playstation

Autres plateformes : Playstation 2
Tales of Destiny

Il y a mille ans de cela, une comète heurtait la Terre, détruisant un nombre incalculable de vies humaines, et provoquant un hiver artificiel qui dura des décennies. Le scénario vous dit quelque chose ? Il faut dire que Tales of Destiny ne brille pas par son originalité. Il a pour toile de fond un conflit entre des habitants de la surface et des tyrans vivant dans une cité aérienne, qui s’est terminé par la défaite de ces derniers. Balayés par des épées magiques appelées Swordians.

Swordian

Après un long repos, le danger menace à nouveau, et les Swordians vont devoir reprendre du service. C’est à ce moment que le jeune Stahn Aileron entre en scène. Le jeu commence alors que l’on vient de découvrir que vous voyagiez clandestinement à bord d’un vaisseau volant. Celui-ci ne va pas tarder à se faire attaquer par des monstres, et Stahn devra leur échapper. C’est alors qu’il fera connaissance avec une épée dotée de parole, une Swordian.

Le premier RPG de Namco sur PlayStation se révèle très décevant au début. Ici, pas de 3D polygonale : des sprites en 2D, qui évoquent davantage une console 16 bits qu’une 32 bits. L’animation des persos se réduit au strict minimum (des bulles figurent leur état d’esprit). Et les couleurs fort pâlichonnes, n’agrémentent pas le tout.
On comprend mieux ces défauts lorsque l’on sait que Tales of Destiny était à l’origine destiné à la SNES et qu’il ne bénéficie que de 256 couleurs. Le jeu n’a pas dû profiter de beaucoup d’améliorations avec son portage sur notre console… Il s’avère nettement moins beau qu’un Alundra, également en 2D. On trouve malgré tout quelques effets de lumière ou des traces de pas disparaissant dans la neige. Rien de très impressionnant.

Mais si on passe outre ces défauts, on découvre un RPG doté d’un vaste scénario qui ne se dévoilera qu’après de longues heures de jeu. Pour le finir rapidement, il faudra compter entre 40 et 45 heures, et plus du double en prenant son temps pour tout explorer. Les combats y sont très nombreux – la fenêtre de jeu passe alors d’une vue surélevée à une vue de profil.
Heureusement, on peut recruter jusqu’à 5 compagnons (dont 3 combattants), et les bastons se font en temps réel. Sauf lorsqu’on décide de lancer un sort : le combat se fige, pour nous donner le temps de choisir. On peut donner divers coups d’épée, et faire correspondre des touches à des coups spéciaux. Cet aspect beat’em up sauve Tales of Destiny de la monotonie. Les amateurs devraient apprécier l’humour se dégageant des dialogues. Dans la version américaine, les voix japonaises (très rares par rapport aux textes) ont même été maintenues.

Au final, on retrouve tous les composants des RPG : recherche d’objets, gain d’expérience, de puissance et de pouvoirs, exploration de donjons, de villes et de terres désolées. Mais sachez que dans le genre, on fait nettement mieux de nos jours.

La durée de vie
L'aspect beat'em up

La technique dépassée
Les graphismes très moyens

Par Emmanuel Guillot

Merci à pour les captures d'origine




 
     Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 0
Votes: 0

Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais


     Options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)






Evolugame est paramétré pour un affichage en 800*600. Il est compatible Mozilla firefox 1.5, et Internet Explorer 7.0.
Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.
Site Web sous Copyright © 2005 par PHP-Nuke. Tous droits réservés. PHP-Nuke et FS-Nuke sont des logiciels libres en version GNU/GPL license.
Version Adapté à free.fr et à online.net par FreeScript.be
Page générée en: 0.07 Secondes