Welcome to !

     Test au hasard




     Jeux
Les tests classés par:

-Ordre alphabétique

-Ordre chronologique

-Genre

-Plateformes

-Série

-Tous

Téléchargements


     Plateformes
Plateformes

     Site
Aider le site

Ecrivez un article

Recommandez nous

Statistiques

Top 10

Contacts

Crédits


     Recherche



     Partenaires




Jeux Plus






 Test: THE BLACKWELL LEGACY

Aventure
Editeur : Wadjet Eye Games

Date de sortie : 2006

Genre : Aventure

Plateforme de test : Windows

Autres plateformes : iPhone Mac
The Blackwell Legacy
La série Blackwell a été créée par Wadjet Eye Games (Dave Gilbert et son équipe) en 2006 et compte plusieurs épisodes à l'heure actuelle. Le moteur de jeu est le moteur AGS de Chris Jones qui compte de nombreux jeux d'aventure gratuits ou payants notamment sur le site AGS-Big Blue Cup.

Tout commença avec un freeware nommé Bestowers of Eternity (Dave Gilbert) qui mettait en scène Rosangela Blackwell, un médium new-yorkais et son ami le fantôme Joey Mallone. Très vite, le jeu devint populaire dans la communauté AGS de part sa qualité ce qui incita Dave Gilbert à en faire un jeu à part entière et à fonder une série autour de ces personnages charismatiques.

Me, myself and I

Rosangela (Rosa pour ses proches) est une jeune journaliste new-yorkaise qui vient de perdre sa tante Lauren Blackwell. Elle disperse ses cendres du haut du pont de Brooklyn et rentre chez elle. Malheureusement le gardien de l'immeuble n'est pas là et le jeune homme qui le remplace ne la reconnaît pas. Comment entrer dans l'appartement ? Il vous faut donc compter sur la reconnaissance d'une voisine qui vaque à ses occupations. A vous de trouver un moyen pour attirer son attention. Peut-être que le chien... Mais chut ! Rien de très passionnant  jusque là me direz-vous et vous aurez entièrement raison.

L'héritage de Rosangela (le fameux ''legacy'' du titre) n'est rien d'autre qu'un fantôme nommé Joseph Mallone. Vous apprendrez en regardant les photographies qui ornent le mur de l'appartement que ce fameux Joey a accompagné votre tante défunte durant toute une vie et qu'il l'a aidé à aider les fantômes en leur permettant de gagner leur salut.

De part sa condition de fantôme, Joey peut aisément distraire quelqu'un d'autre et faire des commentaires acides sur tout ce qu'il voit sans pour autant interagir dessus condition d'ectoplasme oblige.

Contrairement aux autres épisodes qui exploitent mieux le personnage de Joey (en lui permettant notamment de se déplacer à travers les murs et donc d'accéder à des zones normalement interdites au personnage), Blackwell Legacy introduit notre aimable fantôme mais sans employer ses capacités propres et reste donc réduit à l'état de faire-valoir. Dommage mais ce n'est que le premier épisode donc rien de négatif.

Les premiers temps de Rosangela avec Joey sont tumultueux et l'on comprend sans peine que cet ''héritage''  possède un peu un goût empoisonné, cependant Rosangela est médium et a la capacité d'aider les esprits, Joey servant d'intermédiaire entre la jeune femme et l'âme en peine à secourir.

Après un coup de fil du chef de Rosangela, elle se voit confier une mission de terrain : écrire sur la mort de Jo-Ann Sherman, une étudiante du campus. Très vite, le joueur comprend que l'histoire n'est pas aussi simple qu'il y paraît et que le fil directeur le conduira à s'intéresser au surnaturel d'une manière ou d'une autre. Heureusement que Joey est là pour vous aider.

Dans ses interviews, Dave Gilbert a  confié qu'il aimait la série Gabriel Knight de Sierra et qu'il s'en était inspiré. Il est vrai que la saga Blackwell reprend des éléments surnaturels de ce jeu mais qu'il touche à mon sens un public plus vaste parce qu'il s'adresse à tous les types de joueurs existants du débutant au professionnel.


Ghost Story

La réalisation du jeu est ''propre'': les graphismes sont en basse résolution mais suffisants pour vous faire passer un bon moment. Lorsque les personnages parlent, un portrait animé s'affiche pour le dialogue. Que ce soit l'appartement de Rosangela, celui de sa voisine Nishanti, le Washington Square Park, le campus ou l'hôpital de Bellevue, cela vous fera cinq lieux à passer au peigne fin pour récolter des indices.

Les voix digitalisées des personnages sont de bonne facture : Rosangela Blackwell (Sande Chen) et Joey Mallone (Abe Goldfarb) sont convaincants dans les premiers rôles même si la voix traînante de Rosa a un côté un peu agaçant par moment : disons seulement que son doublage est inégal. En revanche, le timbre et le jeu d'Abe Golfarb est remarquable. Les autres voix sont également réussies : noyée dans l'écho pour un fantôme paniqué, absente pour une jeune fille suicidaire sur son lit d'hôpital, grave et doctorale pour un médecin, bref c'est du tout bon : chaque personnage possède la voix de l'emploi.

Les musiques instillent une bonne ambiance et varient selon le lieu traversé. Rassurante dans l'appartement de Rosangela, elle se fera inquiétante dans le parc ou tamisé avec la radio du gardien posté à l'entrée de l'hôpital.


Les commandes sont très intuitives : un clic de la souris pour regarder et l'autre pour ramasser. L'inventaire du personnage (limité à Rosangela) se situe en haut de l'écran de jeu. Un clic sur les personnages permet d'entrer dans une phase de dialogues. Là encore, il est possible de se montrer diplomate, amical ou direct sans entraîner d'impasses dans la conversation. Ces dernières sont en règle générale amusantes ou tristes mais bénéficient d'un vrai travail de scénariste ce que confirmera de plus bel les épisodes suivants : Dave Gilbert possède un  talent de conteur et transmet ses émotions au joueur de manière frappante, franche et vraie, même si le jeu parle de fantômes, nous avons toutefois l'envie d'y croire fermement.

La durée de vie du jeu se situe en moyenne entre quatre et cinq heures ce qui n'est pas énorme mais reste potable considérant le petit prix. A contrario, certains jeux vendus dans le commerce à quarante ou cinquante euros sont vendus très chers pour une durée de vie à peine plus élevée donc le rapport qualité/prix reste tout à fait honnête.

En bref, Blackwell Legacy est un bon jeu d'aventure doté d'une réalisation correcte, d'une bonne histoire, de personnages très attachants et d'un prix plus que correct (un peu moins de huit euros sur le site de Wadjet Eye Games). Seule (petite) ombre au tableau le jeu est réservé aux joueurs maîtrisant la langue de Shakespeare.


La réalisation correcte
Une bonne histoire
Les personnages attachants
Le petit prix

Allergiques à l'anglais s'abstenir


Par Surdy Surdy





 
     Série

Blackwell


     Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 5
Votes: 1


Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais


     Options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)






Evolugame est paramétré pour un affichage en 800*600. Il est compatible Mozilla firefox 1.5, et Internet Explorer 7.0.
Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.
Site Web sous Copyright © 2005 par PHP-Nuke. Tous droits réservés. PHP-Nuke et FS-Nuke sont des logiciels libres en version GNU/GPL license.
Version Adapté à free.fr et à online.net par FreeScript.be
Page générée en: 0.08 Secondes