Welcome to !

     Test au hasard




     Jeux
Les tests classés par:

-Ordre alphabétique

-Ordre chronologique

-Genre

-Plateformes

-Série

-Tous

Téléchargements


     Plateformes
Plateformes

     Site
Aider le site

Ecrivez un article

Recommandez nous

Statistiques

Top 10

Contacts

Crédits


     Recherche



     Partenaires




Jeux Plus






 Test: THE BLACKWELL EPIPHANY

Aventure
Editeur : Wadjet Eye Games

Date de sortie : 2014

Genre : Aventure

Plateforme de test : Windows

Autres plateformes : Mac
Blackwell Epiphany

Ne sentez-vous pas un léger parfum de fin du monde ? En réalité, la fin est proche : elle est même déjà là ! Eh oui, voici pour vous, le dernier épisode de la saga Blackwell terminant la pentalogie amorcée en 2006 par Legacy puis suivi par Unbound, Convergence, Deception jusqu'à cet épisode fatidique – Epiphany – auquel vous allez enfin pouvoir jouer !

La lutte finale !

Voici Rosangela Blackwell -médium (bestower)- à New-York dans une sombre rue, par une nuit qui s'annonce glaciale en compagnie du fidèle fantôme Joey, prêts à résoudre un autre cas et sauver des limbes une autre âme en peine sous les traits d'une jeune aspirante actrice morte dans un squat insalubre.

Disons-le clairement, ce jeu se veut plus adulte que les autres car il traite des sujets tels que l'échec, la culpabilité, le suicide, la prostitution, les relations familiales conflictuelles et même les enfants : ce n'est pas une plaisanterie et cela offre une plus grande variété d'impressions positives ou négatives au jeu qui, du coup, gagne largement en profondeur au niveau du scénario. Ce dernier est d'ailleurs très bon poussant Dave Gilbert – le CIO de Wadjet Eye Games – dans ses derniers retranchements.

Je vous défie de tout comprendre la première fois car les ramifications de l'histoire sont nombreuses et délicates à nouer mais c'est toujours aussi gratifiant de jouer au détective en posant des hypothèses et ainsi faire avancer le jeu.



La Der des der !

Le moteur utilisé par le jeu est le même que pour les précédents épisodes, le moteur gratuit AGS.

Les graphismes sont l'oeuvre de Ben Chandler, bien connu dans la scène indépendante pour ses productions de qualité (Eternally Us, Shifter's Box, Annie Android, Airwave, Heed... la liste serait longue) dont les sprites et décors très réussis contiennent toujours une petite touche personnelle qui rehausse le tout (éclairage dynamique, choix minutieux des décors...). Les jolis portraits des personnages hérités de Convergence font leur retour et sont plus réussis que ceux de Deception.

Mais Blackwell ne serait pas ce qu'il est sans la touche typiquement américaine du doublage des personnages comme Rosa Blackwell (Rebecca Whittaker) et Joey Mallone (Abe Goldfarb), Francisco Gonzalez (créateur de la série d'aventure 'Ben Jordan') et Miranda Gauvain (connue pour la qualité de ses interprétations dans différents jeux notamment 'Eternally Us') parmi d'autres dont nous espérons réentendre à nouveau leurs voix dans un futur jeu.


La musique jazzy est aussi très présente et adaptée aux situations diverses du jeu. Composée par Thomas Regin, elle rehausse l'intérêt des parties et participe à l'ambiance inimitable des Blackwell.



Enfin l'interface est un modèle du genre, un clic pour observer, un bouton pour agir. Rappelez-vous que Joey – en bon ectoplasme – ne peut pas saisir des objets, mais peut traverser des surfaces dures (comme une porte fermée), souffler sur un objet (pour le déplacer) et donner des précieux conseils à Rosa sur la marche des manœuvres à suivre. Pas d'associations d'objets improbables (comme dans Monkey Island 2 et Day of the Tentacle) mais des énigmes souvent logiques et pas tirées par les cheveux, qui permettent de ne pas frustrer le joueur et ainsi de mieux se focaliser sur l'histoire dont je me garderais bien de dévoiler la trame.

Citons pour finir, le petit prix du jeu (site officiel, Steam ou GOG) et la nécessité de maîtriser l'anglais (aucune traduction de la série n'est prévue) pour profiter des subtilités du scénario et des dialogues bien écrits et parfois très drôles.

La durée de vie est bonne dans une fourchette allant de 6h à 8h selon le niveau d'expérience du joueur et vous y reviendrez sans doute pour débloquer les 'achievements' ou pour écouter les commentaires audio de Dave Gilbert sur le jeu, si l'envie vous en prend.




Maintenant, arrêtez de lire, faites chauffer vos méninges, préparez-vous une tasse de café chaud et bien fort pour la réflexion et foncez, vous ne serez pas déçu, foi de (bon) joueur !


La qualité de la réalisation
L'ambiance géniale
L'histoire
Le twist final
Le petit prix

Blackwell, c'est fini
En anglais


Par Surdy Surdy





 
     Série

Blackwell


     Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 5
Votes: 1


Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais


     Options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)






Evolugame est paramétré pour un affichage en 800*600. Il est compatible Mozilla firefox 1.5, et Internet Explorer 7.0.
Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.
Site Web sous Copyright © 2005 par PHP-Nuke. Tous droits réservés. PHP-Nuke et FS-Nuke sont des logiciels libres en version GNU/GPL license.
Version Adapté à free.fr et à online.net par FreeScript.be
Page générée en: 0.05 Secondes