CRUSADERS OF MIGHT AND MAGIC
Date: 3 mai 2007 à 21:27:05
Sujet: Action


comm

L’univers des Might and Magic se révèle décidément prolifique : voici qu’une version nettement orientée action voit le jour. Le héros, Drake, devra affronter à lui seul une légion de morts-vivants…

De par sa représentation en vue 3D à la troisième personne, Crusaders rompt avec la tradition de caméra subjective des Might and Magic. Bien que le scénario se situe toujours dans un contexte médiéval fantastique, on ne se battra pas ici sur les terres d’Enroth ou d’Erathia – les territoires des derniers M&M -, mais dans un royaume différent, incluant les mines de Corantha ou les forêts de Duskwood (entre autres). 

Drake, le héros de Crusaders, devra combattre une armée de morts vivants se faisant appeler la Légion. Pour cela, ses talents de bretteur ne lui suffiront pas, et il devra user de magie pour vaincre les adversaires les plus puissants ou les plus nombreux. Au fil de l’aventure, il rencontrera la reine Celestia, qui lui confiera diverses missions : récupérer un artefact, partir à la rescousse du capitaine de sa garde… D’autres quêtes vous seront attribuées par les personnages principaux, suivant les rebondissements du scénario.

Moteur 3D : peut mieux faire

Le moteur développé par 3DO, quoique ne nuisant pas outre mesure à la jouabilité d’ensemble, ne rend pas pour autant les déplacements très agréables : on relève des saccades avec un PC équipé d’une carte 3D de gamme Voodoo 3. Si vous avez la chance de disposer d’une GeForce, la fluidité générale y gagnera, mais n’atteindra jamais l’excellence d’un Drakan. Les animations de notre Croisé se révèlent en effet moins nombreuses que celle de Rynn, l’héroïne du titre précité.

On s’en rend compte au moment des combats, très nombreux. Ceux-ci se révèlent pourtant attractifs au début, car on voit les ennemis reculer sous l’impact des coups, et il se dégage une impression de puissance. De plus, les adversaires - squelettes, hommes-lézards, géants, élémentaux - quoique peu variés, se trouvent correctement représentés, et on éprouve du plaisir à les tailler en pièces. En revanche, les décors en extérieur, immenses et vides, n’incitent pas à la contemplation.

On s’ennuie ferme

La possibilité de faire monter en niveau d’expérience Drake, au début réjouissante, ne suffit plus au bout de quelques longues minutes pour tenir notre attention en éveil : on court pendant des kilomètres pour se retrouver de temps à autre face à des meutes d’ennemis, puis on se remet à courir. Parfois, on remarque un bug dans le paysage, ou dans la gestion de l’I.A. : par exemple un homme lézard courant contre un arbre.


Tout cela ne serait pas trop grave si les quêtes du jeu ne nous contraignaient à revenir souvent sur nos pas. Pour varier les plaisirs, les programmeurs n’ont rien trouvé de mieux que d’implanter une série d’une quarantaine de plates-formes au cœur même du territoire, juste avant un croisement de chemins. Il y a là de quoi décourager les plus persévérants, et il faut faire preuve d’une forme de masochisme pour finir le jeu. C’est bien dommage, car 3DO nous avait habitué à beaucoup mieux.

Le mélange de la magie et de la maîtrise des armes
La progression de niveau

Les voix françaises calamiteuses
Les actions trop répétitives et lassantes
Un passage de plate-formes rédhibitoire
Les bugs visuels et le moteur 3D médiocre

Par  Emmanuel Guillot

Merci à pour les captures d'origine









Cet article provient de Evolugame
http://evolugame.free.fr

L'URL de cet article est :
http://evolugame.free.fr/modules.php?name=News&file=article&sid=300