Welcome to !

     Test au hasard




     Jeux
Les tests classés par:

-Ordre alphabétique

-Ordre chronologique

-Genre

-Plateformes

-Série

-Tous

Téléchargements


     Plateformes
Plateformes

     Site
Aider le site

Ecrivez un article

Recommandez nous

Statistiques

Top 10

Contacts

Crédits


     Recherche



     Partenaires




Jeux Plus






Evolugame: Reflexion

Recherches sur ce sujet:   
[ Aller à l'accueil | Sélectionner un nouveau sujet ]



 Test: LUMINO CITY

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Lumino city

Comme d'habitude, Lumi est venue rendre visite à son grand-père autour d'une tasse de thé. Alors qu'elle descend chercher le thé, l'improbable se produit : Grandad est enlevé chez lui, n'a que le temps de l'avertir et de laisser son handy manuel derrière lui. Cette scène sert de générique et l'on est directement plongé dans l'histoire.
Lumi va devoir se rendre à Lumino city afin de chercher la trace de son Grandad bien-aimé...

Une direction artistique aux petits oignons

Lumi évolue dans un monde imaginaire, intemporel et naïf. Un univers composé d'un patchwork de pastel, de kraft, de lumières et de diverses matières. La composition est très riche et attire l'oeil par son style et son originalité. Les graphismes allient 2D, 3D et 3D isométrique en fonction des types de scènes. De nombreux déplacements interscènes sont en 3D réelle. 

En effet, le monde de Lumino city a été réellement construit par ses concepteurs. Ce travail apporte un très bon rendu artistique et les personnages, ensuite intégrés dans cet environnement y déambulent naturellement. Certaines animations sont superbes et les effets de lumière très réussis.



Enigmes, puzzles et casses-tête à gogo

L'histoire démarre sur les chapeaux de roues à l'image de certains jeux d'aventure "point and click" mais rapidement l'intrigue laisse la place à tout un panel d'énigmes, de puzzles et de casses-tête. Lumino city ne tourne plus rond, les différentes énergies n'alimentent plus les mécanismes, les mécanismes sont démontés, bref rien ne va plus et Grandad n'est plus là pour tout dépanner. 

Lumi va donc devoir faire appel à toutes sa réflexion et sa logique car il y en a pour tous les goûts : circuits électroniques, engrenages à roues crantées, puzzles à reconstituer, messages codés... Heureusement, elle peut se référer au handy manuel qui lui sera d'une grande aide pour relever le challenge !


Mais... Tout n'est pas rose

Le jeu est intégralement en anglais, ce qui rend la compréhension d'autant plus difficile. C'est sans compter sur différents bugs qui viennent entraver le bon déroulement de l'aventure. Quoi de plus frustrant que de devoir recommencer plusieurs étapes après avoir chargé une sauvegarde qui ne concerve pas la progression exacte ?

Pour complexifier la situation, des bugs apparaissent à divers moments tel le morse qui a bloqué nombre de joueurs d'après les forums. Certaines actions sont redondantes et alourdissent le jeu. La programmation n'étant probablement pas complétement optimisée, les phases de jeu filmées en 3D ralentissent sensiblement les déplacements de Lumi.





Un monde atypique

Alors que les décors sont en 3D, les personnages se trouvent quant à eux désarticulés tel Rayman avec le style de Chapi Chapo, sans aucun relief ni aspérité. L'absence de voix, même en anglais, contribue à cette atmosphère particulière, mais réhaussée par des musiques plutôt de bonne facture. Il aurait néanmoins été appréciable de bénéficier d'un catalogue sonore plus étoffé qui aurait donné plus de corps à l'aventure.

L'histoire s'avère assez humaine et sort des sentiers battus avec le leitmotiv pour une petite fille de retrouver son grand-père. Dans le même temps, grâce à la résolution des énigmes, Lumi rétablit la bonne marche de Lumino city.



Au final, ce "puzzle adventure game" est loin d'être toujours simple, surtout dans la langue de Shakespeare, comptez entre dix et quinze heures pour le finir. Malgré ses bugs le plaisir de progresser aux côtés de Lumi reste très présent tout au long de cette magnifique aventure.


La direction artistique
L'originalité

Les graphismes
Les puzzles

Uniquement en anglais
Ralentissement à certains moments
Les bugs


Par Mononoké Mononoké





 Test: FLOBO PUYO

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Flobo Puyo

C
e titre est le remake d'un jeu intitulé Puyo Puyo sorti en 1991 sur de multiples plateformes. C'est le digne héritier de Columns, lui-même dérivé de Tetris, deux grands titres des années 80-90.

L'objectif est relativement simple : il s'agit d'assembler au moins 4 "Puyos" de même couleur à l'horizontal, à la vertical ou dans les deux sens simultanés. Les pièces sont composées de 2 puyos aux couleurs définies de façon aléatoire. Il est possible de les déplacer latéralement ou de les faire pivoter sur elles-mêmes. Les binômes se défont automatiquement au gré des alignements de 4 couleurs similaires et permettent alors de se greffer à d'autres puyos pour constituer d'autres assemblages etc...


Mais qu'est-ce qu'un puyo ? C'est une espèce de "bulle" souriante mais terriblement envahissante et qui s'exprime, elle hurle comme les Lemmings lorsqu'elle disparait ! D'où le nom du titre, Flobo pour le nom de son créateur et Puyo pour les bulles.

La particularité de ce titre est qu'il est possible de jouer en multijoueur à 2. Plus précisément, lorsque vous éliminez des puyos chez vous, vous les refilez à l'autre sous forme de "bulles fantômes" de couleur noire. C'est là qu'est tout le piment du jeu, de plus si l'adversaire réagit rapidement, il peut annuler cet envoi en éliminant ces puyos avant le coup suivant... Vous me suivez ? Non, alors essayez et vous comprendrez mieux tout l'intérêt du jeu...


La stratégie peut être aiguisée grâce à la prévisualisation du binôme de bulles suivant qui permet d'anticiper son prochain coup. Il est aussi possible d'accélérer la descente des bulles afin de gagner du temps et de jouer plusieurs coups là où l'adversaire n'en joue qu'un. Dans le jeu contre l'ordinateur, à chaque niveau l'adversaire change de nom (Fanzy, Garou...) pour donner le sentiment d'affronter une vrai personne. Le joueur possède 3 vies au départ.

Ce changement de niveau s'accompagne aussi d'un changement de musiques, bien réussies d'ailleurs. Les sons correspondent aussi avec des cris de loup-garou dans le niveau contre Garou...  Il est juste dommage que le décor ne change pas lui aussi.

Sans sortir complètement du lot des Tetris-like, Flobo Puyo posséde néanmoins sa personnalité et ses particularités qui en font un bon jeu qui aurait pu être meilleur avec un travail plus important sur les graphismes accentuant le côté répétitif de ce genre de titre.

Jouabilité
Stratégie
Mode multijoueur

Répétitif

Par Lancelot




 Test: THE 7TH GUEST

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
The 7th Guest
La maison d'Henry Stauf a été abandonnée aussi longtemps que l'on puisse s'en souvenir. Stauf était un maître dans la fabrication de jouets, il créait des puzzles stupéfiants - et son étrange manoir fut sa plus grande création. La demeure est désormais vide, pourrissant presque, depuis que les enfants ont commencé à mourir, depuis que les six invités sont venus. Il ne reste plus que les lumières d'épouvante et les terribles complaintes des enfants... Vous vous retrouvez subitement dans la maison. Pas à pas, pièce après pièce, les apparitions des fantômes des invités dévoileront l'horreur du massacre qui a eu lieu. Le jeu de Stauf n'est pas fini... Vous devrez résoudre les 22 puzzles créés par le maître des lieux afin de vous en sortir.

En matière de référence, The 7th Guest s'impose comme peut-être l'un des premiers jeux conçu pour tirer avantage du nouveau support qu'était le CD-Rom en 1993. Le boîtier du jeu plutôt quelconque renferme 2 CD-Rom, l'un contient le jeu lui-même, l'autre contrairement à ce que l'on peux croire n'est juste qu'une compilation de 27 minutes des musiques du jeu, offrant un caractère à la fois nouveau (support musical intégré) et luxueux. Ce qui le distingue également et qui marque son côté grosse production, c'est une quantité appréciable de séquences vidéos et d'animations 3D, une troisième dimension un peu poussiéreuse mais ses qualités visuelles restent très bonnes. On remarque également que le jeu dans le marché de l'occasion est assez présent et démontre une longévité intéressante, en comparaison d'autres jeux sortis cette année-là.

Ecran de titre

Introduction


L'histoire tourne autours d'un personnage diabolique, Henry Stauf, maître d'un manoir non loin d'un village de Harley. Celui-ci est un fameux concepteur de jouets et d'automates. L'esprit résolument démoniaque, il monte le projet de faire de sa demeure, une véritable souricière où chaque pièce renferme une énigme, et dit-on, leur résolution apportera au vainqueur, des pouvoirs extraordinaires. Stauf organise une soirée ou six personnalités sont invitées. Des procès verbaux de la police de Harley rapportent que des voisins ont entendu des bruits étranges et des cris dans le manoir, un jeune garçon, Tad Stone, qui jouait avec ses amis dans les environs a disparu le même soir. Aprés ces étranges évènements, aucun des invités n'est réapparut. La police a lancé une enquête, mais rien n'a pu être établi, si ce n'est qu'une soirée a pu être organisée dans les lieux. Depuis ces événements, le manoir de Stauf est réputé hanté et les villageois n'osent s'y approcher à la nuit tombante, pas peur des bruits et hurlements que l'on peut des fois y entendre.... Vous incarnez donc un personnage qui osera défier les mystères du manoir pour y découvrir la terrible vérité...

Bienvenue au manoir

Un premier spectre


Le jeu démarre dans le hall d'entrée, des apparitions fantomatiques des invités présagent de mauvaises choses, on se doute bien à présent qu'ils ont trépassés, mais de quelle façon ? Durant la progression des énigmes, on suivra en parallèle les évènements qui ont fait basculer cette soirée dans l'horreur. Les apparitions tirent leur inspiration du cinéma muet, les acteurs jouent en forçant un peu leur jeu tout en restant crédibles et inquiétants. Chacun des invités étant prêt à aller jusqu'au bout pour concrétiser ses désirs, n'hésitant pas à comploter et assassiner. Les séquences dramatiques n'ont aucune influence sur le déroulement du jeu lui-même, mais témoignent et promènent une atmosphère lourde de crimes, que l'on peut rapprocher des romans policiers britanniques (Les Dix Petits Nègres d'Agatha Christie entre autres) où la mort est omniprésente et symbolisée parfois par de macabres métamorphoses des visages en crânes.

En parlant du cinéma muet, l'introduction est révélatrice, une longue vidéo introduit Henri Stauf ("Cane"), sa demeure et ses projets démentiels avec des teintes et un jeu scénaristique évident. Coulé dans une musique sobre d'un orgue synthétique, à mi-chemin de la nouvelle génération de musique digitale, mais gardant des accents "trop synthé", pensez à The Secret of Monkey Island. Stauf nous joue le sosie parfait du Nosferatu de Murnau, un expressionnisme que l'on ne retrouve malheureusement que très peu par la suite dans le jeu.

La bibilothèque

Stauf vous guide


Les lieux en eux-mêmes (le manoir), des fantômes sans scrupules, il ne manque plus que les énigmes !!! Chaque pièce du manoir en contient une qu'il faudra résoudre si l'on souhaite accéder par la suite à des endroits inaccessibles. Un crâne avec une cervelle en mouvement à la place du curseur indique leurs emplacements, on y trouvera aussi des indices et la voix de Stauf pour vous expliquer à sa façon, le but à atteindre. Comme pour le reste du genre, les difficultés sont variables, mais pas progressives. Une énigme se révélera facile, la suivante compliquée, demandant (parfois) une très bonne connaissance de l'anglais. A la fois amusant et agaçant. The 7th guest est mal équilibré et des problèmes techniques entachent la compréhension des énigmes, la musique de fond rend inaudible la voix de stauf lors des explications et il n'y a aucun moyen de diminuer le son de la musique puisque cette option n'existe pas, on est souvent obligé de coller l'oreille pour tenter de déchiffrer quelques paroles...

La navigation est assez simple, par le système du clique/image, on se dirige facilement. Chaque action est accompagnée d'une animation pour rendre le mouvement. Il faut toutefois être précis, mais c'est une question d'habitude. L'interface se limite juste à la fenêtre de vue du jeu. Une carte du manoir peut-être déployée et indiquera par une couleur chaque pièce ou l'énigme à été résolue. L'interaction des énigmes est efficace et des raccourcis de parcours apparaîtront au fur et à mesure de la progression, d'ailleurs ceux-ci sont souvent originaux (une plante qui grimpera au premier étage, un livre dépliant une porte...) et participent bien à l'ambiance générale.

Une énigme...

simple à résoudre


Graphiquement, The 7th guest a reçu des soins particuliers, la 3D bien qu'elle ait quelques fois des textures de styles BD sont assez fines et colorées pour tenir le poids des avancées technologiques. On retiendra un jeu de lumières très réussi, mêlant des zones d'ombres et des effets lumineux doux et crédibles. Les pièces sont richement détaillées, ce qui frappe par le souci réaliste des développeurs. En tout cas, The 7th guest hisse haut le niveau de production et de qualité et mérite par bien des côtés son titre de référence en la matière. Il demeure en effet avec Myst un des jeux d'énigmes les plus corsés et agréable à jouer, l'ambiance est très prenante et effrayante notamment grâce aux belles musiques qui vous accompagnent tout au long de l'exploration... Certains passages sont anthologiques, notamment celui dans le labyrinth où Stauff vous invective sans arrêt histoire de rendre votre progression encore plus stressante !!!

En conclusion the 7th Guest tout comme sa suite The 11th Hour sont d'excellents jeux mêlant horreur et logique que tout amateur se doit de posséder d'autant plus qu'ils ont tous les deux très bien vieillis. Ce qui est regrettable avec la version PC du jeu c'est qu'elle est entièrement en anglais, vous allez me dire, la version Mac aussi, oui mais personnellement je pense à la version CD-I !!! En effet, le jeu était également sorti sur la "console" de Philips dans une version magnifique !!! Des graphismes améliorés, une animation à couper le souffle, un son remanié, et surtout les voix des personnages intégralement en français !!! Je peux vous assurer qu'en ayant eu la chance de jouer à cette version à l'époque, la version PC à côté fait pâle figure et je regrette qu'il ne soit encore à l'heure actuelle pas possible d'émuler un CD-I sur PC car sinon je vous aurais proposé cette version sur le site tellement elle est supérieure, le comble c'est qu'elle est même plus belle que la suite The 11th hour toujours sur PC car jamais sortie elle sur CD-I malheureusement... enfin on s'en contentera mais je vous préviens encore une fois, il faut maîtriser pas mal l'anglais sinon les énigmes resteront pour certaines un mystère...

Eclairage à la torche

Le menu


Je vous souhaite en tout cas bien du plaisir avec ce titre, je vous invite à découvrir le jeu par lequel tout a commencé, j'avais hésité à le faire à cause de l'anglais mais après réflexion il était stupide de proposer sa suite et pas le premier, d'autant plus qu'on ne trouve nulle part sur Internet... alors sur ce bon jeu et n'ayez pas trop peur surtout ;-)

Graphismes et animations
Musiques
Ambiance

Tout en anglais
Difficulté
Scénario un peu alambiqué


Par Gameslover

Merci à pour les captures d'origine

Informations complémentaires :

Ce jeu comme vous l'avez peut-être noté date de 1993, aussi faut-il ruser pour s'en servir sur une configuration actuelle mais je vais vous expliquer la marche à suivre et tout ira très bien. Après avoir téléchargé les deux CD du jeu, vous les décompressez avec Winrar et vous vous retrouvez avec deux fichiers .iso. A partir de ce moment-là vous avez le choix traditionnel à faire, soit graver ces images sur des CD, soit utiliser un lecteur virtuel. Notez cependant que pour utiliser un lecteur virtuel vous devez impérativement vous assurer que ce lecteur occupe la première place sur votre machine dans l'ordre alphabétique, si vous avez d'autres lecteurs CD-ROM qui ont des lettres antérieures à celle de votre lecteur virtuel l'installation échouera à chaque fois !!! Attention donc à ce petit détail...

Ensuite pour lancer l'installation du jeu, insérer le CD2, je dis bien le CD2 !!!! C'est lui qui contient les fichiers nécessaires. Pour lancer l'installation recherchez install.exe tout simplement et lancez l'installation du jeu, ça se fera tout seul sans soucis même sous XP, pensez juste à installer sur une lettre de lecteur pas trop éloignée de C c'est tout. Une fois l'installation terminée vous devez faire une dernière chose, télécharger le patch ci-dessous pour que le jeu fonctionne sous windows car sinon bonjour la galère...
Le patch est à décompresser à l'endroit exact où vous avez installé le jeu. Une fois cela fait, lancez le jeu grâce au fichier v32tng.exe qui se trouvera désormais dans le répertoire d'installation du jeu. A ce moment-là le jeu vous demandera d'insérer le CD1, faites-le et vous pourrez commencer votre partie !!!

Test :

Lire le test scanné du magazine


Abandonware :

Télécharger le jeu sur LTF Abandonware-france
Version : PC
Pour utiliser ce téléchargement vous pouvez avoir besoin des utilitaires suivants :




Langue : Anglais



 Test: THE 11TH HOUR

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
The 11th Hour

Harley sur Hudson, dans le nord de l'Etat de New-York, est une petite ville où, selon les rumeurs, se produisent des phénomènes surnaturels. Un endroit d'un calme étrange où, en plein milieu de la douloureuse période de la Grande Crise, Henry Stauf, un homme instable et énigmatique, construisit son empire grâce à la fabrication de jouets...

Tout ce que l'on sait sur ce mystérieux génie c'est qu'il fabriquait des jouets incroyables inspirés de ses rêves. Les gens disaient : "Un jouet Stauf est un jouet pour la vie" et très vite, ils devinrent les jouets les plus enviés et recherchés du monde entier.

Henry Stauf s'enrichit et se fit construire un manoir, une étrange demeure sortie tout droit d'un de ses rêves. C'est alors qu'un virus mortel frappa la ville, un virus qui ne tuait que les enfants, qui s'emparait de leur vie lorsqu'ils étaient au lit grelottant de fièvre, agrippés à leurs jouets Stauf. Alors soudainement, et sans donner aucune explication, Henry Stauf ferma les portes de Stauf's Wonderworld Toys... pour toujours.

Renfermé et solitaire, Henry Stauf se cloîtra dans son manoir, caché derrière un voile d'ombres, enveloppé de mystères. Pendant des années, le manoir resta plongé dans un silence troublant et l'on n'entendit plus parler de Henry Stauf. Plus du tout.

Jusqu'à ce qu'un soir six personnes soient invitées à passer la nuit chez lui, appâtées par ses belles promesses : la réalisation de leur désir le plus profond... Nul ne sait ce qu'il advint des invités et Henry Stauf semblait s'être évaporé dans les airs, son esprit hantant les couloirs et les pièces de sa création la plus sinistre...

Ecran de titre

Film d'introduction


Nous sommes en 1995, et vous, Carl Denning, êtes un reporter travaillant pour l'émission de télévision "Enigmes". Robin Morales, votre productrice et ex-maîtresse, a mystérieusement disparu alors qu'elle enquêtait sur une série de meurtres horribles et de disparitions dans la petite ville par ailleurs tranquille de Harley sur Hudson.

Votre seule piste est un ordinateur portable appelé le Gamebook que vous avez reçu et qui a été posté à Harley. Peut-être vous a-t-il été expédié par Robin ? Peut-être est-ce le produit de la main maléfique de Stauf lui-même, se servant de la technologie des années 90 pour fabriquer ses jouets et répondre à la demande actuelle ?

Vous décidez de partir pour Harley le soir même, et de vous rendre directement au manoir de Stauf pour chercher Robin. Vous ne découvrez tout d'abord rien d'autre qu'un intérieur abandonné et délabré, regorgeant d'objets appartenant au passé. Sur votre chemin, vous ne tomberez pas seulement sur des indices très déplaisants et horrifiants, mais vous découvrirez peut-être aussi bien plus que ce que vous vous imaginiez trouver !!!

Une fois que vous aurez réuni tous les indices nécessaires et résolu les nombreux mystères et énigmes qui hantent le manoir délabré de Henry Stauf, il vous restera alors à prendre une décision encore plus difficile. Ce choix vous accompagnera pour le reste de votre vie, quelle qu'en soit sa durée...

L'escalier du manoir

Eclairage à la torche !

Vous présenter The 11th Hour sans vous parler de son prédécesseur, The 7th Guest, serait une injure à mon avis alors je vais tout d'abord vous dire quelques mots sur le premier titre. Sorti en 1993 sur PC puis en 1996 sur CD-I si mes souvenirs sont bons, the 7th Guest vous mettait justement dans la peau du 7ème invité, celui qu'on n'attendait pas dans la demeure de Stauf... Sur PC, le jeu est sorti au moment où les films interactifs étaient à la mode mais ne bénéficiaient pas de graphismes très intéressants et gros défaut à mon avis, était intégralement en anglais... la version CD-I sortie quelques années plus tard corrigeait absolument TOUS les défauts de la version PC, déjà graphiquement c'était absolument superbe, et ensuite, les textes et voix avaient été entièrement retravaillés en français !!! Je vous assure que ça en valait drôlement la peine...

Personnellement j'ai donc principalement joué à la version CD-I je dois dire... alors qu'avions-nous ? Un jeu d'aventure-horreur ponctué d'énigmes très tordues et de scènes filmées interactives... cela donnait un cocktail détonnant, imaginez un peu, des énigmes bien salées à la Myst dans le cadre d'une maison hantée avec toute l'ambiance qui va avec et des phases de recherche, dialogues, etc... vraiment prenantes !! Cela donnait donc un jeu passionant, très difficile avec un scénario très intéressant qui ne révèle toutes ses subtilités qu'à la fin et qu'on ne lâche plus une fois qu'on l'a commencé tellement on a envie de connaître la suite et de savoir ce qui a bien pu arriver aux 6 invités !!! En clair je vous invite vivement à y jouer si vous en avez l'occasion...

The 7th Guest
Ecran de titre

The 7th Guest
Scène filmée


Voilà un peu pour une brêve présentation de The 7th Guest... passons maintenant à ce qui nous intéresse vraiment... sa suite... The 11th Hour !!!

Alors le décor est planté dans la description introductive je ne vais donc pas le répéter mais sachez en gros que les événements de The 11th Hour se situent 70 ans après ceux de The 7th Guest... Le manoir a donc eu le temps de bien vieillir... mais il en a gardé un charme certain et l'horreur que recellent ses murs n'en est que plus palpable à mon avis...

Vous êtes donc un journaliste bien téméraire qui entre dans la demeure de Stauf en quête de son ex-petite-amie perdue... Jusque-là rien de bien transcendant mais dès que vous vous retrouverez entre les murs de la bâtisse les choses vont changer... En effet, contrairement à son prédecesseur, The 11th Hour est beaucoup plus sombre, comme je disais, 70 ans se sont écoulés entre les deux événements et le manoir tient désormais plus de la ruine qu'autre chose, il est sombre, très lugubre et vraiment effrayant, d'autant plus que vous vous déplacez uniquement au moyen d'une torche éclairant discrètement la pénombre des lieux... Ambiance garantie !!!

Pour continuer au niveau ambiance graphiquement rien à redire, c'est beau, aussi beau que la version de The 7th Guest sur CD-I. Les décors sont précalculés évidemment et on évolue dans la maison avec une grande facilité... les éléments du décors sont clairs et précis, de la 3D en somme merveilleusement bien maîtrisée !! La musique quant à elle n'est pas en reste, même si beaucoup de thèmes sont empruntés à The 7th Guest on ne peut pas s'en plaindre tant ceux-ci étaient magnifiques !! Ils rajoutent à l'ambiance d'horreur et de mort qui infeste les lieux, la musique peut être douce, calme, puis stressante à souhait, bref elle vous plonge littéralement dans le jeu tant et si bien qu'une fois dedans on a du mal à en sortir...

1ère énigme

Autour de la table...

Les bruitages et voix sont également très réussis, la voix de Stauf est toujours aussi stressante et effrayante, moqueuse, railleuse, le personnage ne manquera d'ailleurs pas de vous invectiver à de nombreuses reprises notamment lors de la résolution des énigmes... Et nous arrivons là au point central du jeu, les énigmes car oui, The 11th Hour n'est de loin pas un jeu facile tout comme son prédécesseur. Stauf était un génie des mécanismes et autres jouets, on retrouve donc ces aspects dans les différentes énigmes du jeu qui mettront vos neurones à rude épreuve !! Il ne s'agit pas ici d'énigmes à la Resident Evil pour ceux qui connaissent mais de vrais challenges, des énigmes qui demandent une réelle réflexion pour être résolues et qui sont basées sur de grands classiques que les logiciens ne manquent pas de connaître... Certaines se retrouvent même dans des bouquins de mathématique ou autres problèmes qu'on peut rencontrer dans sa scolarité... Bref ce n'est pas un jeu facile !!!

Cet aspect, je le conçois bien, pourra en rebuter plus d'un, pourtant même moi qui ne suis pas une lumière j'ai apprécié de résoudre ces énigmes et j'y suis parvenu, suffit d'avoir un peu de logique et quand on trouve la solution cela n'apporte que plus de plaisir !!! Pour certaines énigmes vous trouverez une solution sur Internet ou ailleurs... Mais le souci c'est que certaines énigmes ne peuvent pas avoir une solution écrite car elles sont différentes à chaque partie !!! C'est là une des forces du jeu à mon avis... Il y a un moment donné le célèbre hexagone à résoudre et là évidemment pas de solution, faut gagner c'est tout et des énigmes dans ce style il y en a plein... tout ça pour dire que même avec une solution sous la main le jeu ne sera pas aussi facile que ça... Mais heureusement vous pouvez vous faire aider...

Les casse-tête se corsent !

Le Gamebook

Car oui, le jeu propose une aide sous une forme originale que je vous laisserais découvrir... Mais attention, déjà dans The 7th Guest on pouvait avoir de l'aide pour ceux qui connaissent, mais tout aide à son prix... En clair et pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte aux nouveaux joueurs, n'abusez pas trop de l'aide où vous risqueriez peut-être de le regretter Stauf n'aime pas du tout les lâches !

Voilà un peu pour l'axe central du jeu, chaque résolution d'énigmes fait avancer l'histoire, vous ouvre de nouvelles pièces et vous permet de mieux comprendre ce qui s'est passé dans la demeure... A plusieurs reprises Stauf lui-même vous défiera, à vous de le battre !! Vraiment il y a de quoi faire, un jeu qui ne se termine de loin pas en un après-midi, même avec une solution sous les yeux et en abusant de l'aide interactive mais même si la progression est difficile, ce jeu a du moins à mes yeux cette fantastique faculté de nous immerger, de nous faire vraiment sentir le manoir de Stauf, etc... En clair on est dedans et on a du mal à en sortir !

Quel délire encore
de la part de Stauf ?!

Jeu en noir & blanc
le "spooky mode"


La version française comporte les voix des personnages en français ainsi que l'interface du jeu ce qui garantit une immersion encore plus intense !!! Je crois donc avoir fait le tour de ce grand jeu que je vous invite vivement à découvrir et je vous souhaite bien du plaisir et de l'effroi surtout face à Stauf et son manoir hanté.


Graphismes et animations
Musiques
Ambiance
Tout en français

Difficulté
Moins novateur que son prédécesseur

Par Gameslover

Merci à pour les captures d'origine

Informations complémentaires :

Techniquement vous devez suivre certaines étapes pour pouvoir jouer au jeu sans problèmes sous un PC récent équipé de Windows, peu importe lequel d'ailleurs... il faut savoir que le jeu a été développé pour être joué sous DOS à la base mais que les développeurs de Trilobyte, bien leur en a pris, ont créé un patch pour le jeu permettant de le lancer sous Windows !!! Comme je disais peu importe lequel, sous XP ça fonctionne parfaitement par exemple mais il est tout de même recommandé d'activer la compatibilité Win98 pour éviter tout soucis...

Une fois le patch téléchargé ci-dessous, il vous suffit de suivre les instructions notées dans le fichier readme inclu dans l'archive du patch. En gros il s'agit de copier/coller 2 fichiers dans le répertoire d'installation du jeu, rien de bien sorcier et ensuite vous pourrez jouer sous windows sans problème ou presque !! Pourquoi presque ? Simplement car si vous avez un PC puissant vous risquez de voir le jeu défiler à une vitesse folle... si ce n'est en rien génant dans le jeu lui-même, cela est frustrant lors des scènes cinématiques car elles passent en quelques secondes... pour remédier à cela une seule alternative sous windows : CPUkiller !!!

Télécharger CPUkiller 2.0 pour windows
Télécharger le crack de CPUkiller

Voilà donc deux petits fichiers à télécharger afin de ralentir votre PC sous Windows !!! Si vous jouez sous DOS pur et que vous rencontrez le même problème de vitesse trop élevée dans le jeu c'est Moslo 2.1 qu'il faut utiliser !! Comme vous avez pu le constater il faut utiliser un petit crack pour CPUkiller mais rien de bien méchant, suivez simplement les instructions contenues dans l'archive et tout devrait bien se passer !!

Abandonware :

Télécharger le jeu sur LTF Abandonware-france
Version : PC
Pour utiliser ce téléchargement vous pouvez avoir besoin des utilitaires suivants :




Langue : Français



 Test: LEMMINGS

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Lemmings


lemmingVouz avez le commandement d'une troupe de petits Lemmings, un petit mammifère nordique. Par une journée ensoleillée, vous retournez au terrier mais soudain vous arrivez devant un pont-levis : il est coincé. Quand vous réussissez à le baisser, il se brise aussitôt et vous tombez dans un énorme fossé...

Vous devez amener le plus possible de lemmings qui font partie de la troupe au terrier. Vous devez creuser, construire des escaliers, escalader, etc... Vous prendrez plusieurs compagnons qui tomberont dans un trou, qui s'écraseront sur des surfaces dures. Parfois vous devez même faire exploser vos Lemmings qui sont coincés.

Dans le jeu, il y a un curseur en forme de carré qui vous permet de faire faire des choses à vos Lemmings. Il y a un bouton dans le coin bas-gauche marqué + -. Il vous permet de faire descendre vos lemmings plus vite au début du tableau.

Dans le coin bas-droite, il y a un autre bouton en forme de totem qui vous permet de... faire exploser tous vos Lemmings en un coup (je vous recommande fortement d'appuyer dessus lorsque vous êtes tannés de jouer au jeu. Cela fait un magnifique feu d'artifice de la couleur de vos lemmings, c'est à dire bleu et vert !!).

Les graphismes du jeu sont quand même bons car nous parlons d'un jeu sorti en 1991. Le petit film d'introduction au tout début du jeu qui nous raconte l'histoire est magnifique, surtout la manière dont la chute coule.

Dans ce jeu, tous les sons que vous pourriez imaginer y sont. Des bruits de Lemmings qui creusent au cri qu'ils font juste avant d'exploser. C'est à dire : OH NO !! Ce jeu est garni de plusieurs musiques plus entraînantes les unes que les autres.

En conclusion, ce jeu est savoureux. Je n'ai pas assez de mots dans mon vocabulaire pour vous exprimer comment j'aime ce petit jeu. Lemmings a tellement eu de succès que Nintendo a sorti le jeu Lemmings 2.

Graphismes
Jouabilité
Musiques et sons

Parfois un peu monotone

Par Tonio4

Merci à pour les captures d'origine




 Test: PUZZLE COLLECTION

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Puzzle Collection

Puzzle collection est en fait un ensemble de 10 petits casses-tête sympathiques. Mais l'ensemble les reliant est assez flou. En effet le menu principal est une simple barre (sur pc) où l'on apercoit les icônes des différents « casse méninges ». Cela donne peu de personnalité au jeu en lui même. Mais peut-être que les dévéloppeurs ont choisi de réunir 10 petits casses-tête et donc pas besoin de faire un jeu avec un environnement digne de ce nom.

Car le rendu est vraiment 10 petits jeux séparés, et au final on a l'impression d'avoir installé 10 petits jeux supplémentaires dans la barre « accessoires/jeux » du menu Windows au coté du solitaire.

Mais les jeux choisis se révèlent être des petits jeux sans réel intérét. Prenez le « charmer », le but de ce jeu est de déplacer une flûte sous le pot d'un serpent qui montera sous l'effet de la musique. Le tout afin d'éviter que des assiettes ne lui tombent dessus. Cela ne ressemble pas à de la reflexion mais plutôt à de la « Réflexe! » ...ion ???

Et sur 10 jeux 5 sont plus du domaine des réflexes et de l'action que de la reflexion. Cependant certains sont intérressants tel le Spring week-end où il faut reproduire le modèle en moins de vingt coups. A chaque fois que vous cliquez sur une fleur, les fleurs environnantes tourneront dans le sens des aiguilles d'une montre et vous aurez un coup de moins.

Mais ces quelques amusements ne valent pas plus que le petit shareware sympa que l'on télécharge en deux secondes et supprime après 10 minutes de jeu.

Bref puzzle collection ne vole pas très haut. Les qualités individuelles des jeux ne permettent pas de rattraper un ensemble désuni et qui donne l'impression d'avoir acheté un solitaire bas de gamme. Si on vous donne ce jeu, gardez-le. Sinon ruez-vous chez votre marchand de journaux, il existe des ensembles de 300 jeux de ce genre pour 10 euros et bien mieux que « Puzzle collection »

10 petits jeux

Quasiment aucun intérêt
Jeux beaucoup trop limités

Par zelgolhal



Note :

La version Game boy de "Puzzle collection" est sortie en 2000




 Test: LE MONDE PLAT

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Le monde plat


Suite à de malencontreuses expériences atomiques, vous avez été projeté dans la 20ème dimension. Arriverez-vous à en sortir rapidement ? Ne vous attardez pas trop dans ce monde, la folie vous guette...

L'avantage de ce genre de jeu, c'est que le ton est donné dès l'intro : nous sommes en présence d'un jeu déjanté ! Mais il n'a de déjanté que l'univers car le principe est purement logique. Découvrons un peu son fonctionnement : ici pas de clavier, uniquement la souris et les choix sont basiques. Après avoir passé l'image du titre, vous tombez sur l'interface de l'introduction qui restera la même durant le jeu. Cliquons sur continuer...

Premier niveau : Le plateau électronique
"Sur ce plateau circulent librement des forces cosmiques."

A tous les tableaux vous avez un choix à faire parmi des propositions. Ici il y en a 3 : Voir, Visiter le monument ou Toucher le plateau.
- Quand vous cliquez sur Voir, un message s'affiche dans l'encart rouge prévu à cet effet afin d'avoir un indice : "Des forces puissantes s'écoulent ici"
- En cliquant sur Visiter le monument, vous arrivez directement à un autre tableau : Le monument historique.
- En cliquant sur Toucher le plateau, vous faites une erreur fatale (vous aviez été prévenu !) et vous perdez, avec cette image que vous verrez probablement plusieurs fois avant de finir le jeu.

Vous aviez cependant d'autres choix. A l'aide des flèches de direction situées à droite, vous pouviez vous déplacer dans les tableaux adjacents au nord, à l'est ou au sud. Vous n'aurez toutefois pas toujours autant de possibilités. Prêtons-nous au jeu et tentons de se balader un peu...

Premier niveau nord : Le cube virtuel
"Le professeur DANTON est à la point du génie virtuel. Il a créé ce cube."

3 réponses possibles : Casser le cube, Appuyer sur le cube et Tourner le cube. La première vous envoir directement rejoindre vos ancêtres, la deuxième vous renvoie à la case départ et la troisième ne génère que des points d'interrogation dans l'encart rouge !
Vous n'avez alors qu'une solution, revenir à l'écran précédent par la seule destination possible, le sud... Aller ici ne servait à rien, ils'agira de s'en rappeler !

Premier niveau sud : Le laboratoire
"Dans l'atelier du chimiste"

Vous êtes en présence d'éprouvettes, que faire ? Mélanger, Vider ou Boire le liquide ? Si l'on mélange, il nous est conseillé de ne pas continuer... Si l'on vide, ça ne sert à rien ! Et si l'on boit, devinez ?! Un p'tit tour au cimetière, une fois de plus un tableau à éviter. Peut-être est-il intéressant de pousser plus loin au sud ou d'aller à l'ouest...

Deuxième niveau : La ville ordinateur
"Un programme s'est déréglé et l'ordinateur a pris possession de la ville"

C'est le bordel dans la ville ! L'ordinateur dirige tout ! Cliquer sur Voir nous prévient : "On vous dit de vous dépêcher", sur Observer un moniteur de contrôle vous envoie Ad patres et Chemin vers le désert vous amène... dans le désert ! Vous pouvez de plus aller au nord, au sud ou revenir sur vos pas à l'est.

Voilà pour vous faire une idée un peu plus précise du jeu. Nous sommes donc bien en présence d'un jeu spécial mais intelligent et intéressant. La durée de vie est courte (comptez entre 15 minutes et 1 heure) mais on peut le finir rapidement, ce qui est pas mal durant une pause ou pour les personnes qui n'ont pas beaucoup de temps à allouer aux jeux... L'ambiance est particulière avec des tableaux qui changent tout le temps et des domaines différents.

Les graphismes sont très simples mais agréables en 256 couleurs dans une résolution fenêtrée de 640*480 que vous ne pourrez changer... Exit le plein écran. Les sons sont marrants et correspondent très bien à l'idée que l'on se fait de la scène. Le jeu a été développé à partir de 2 outils : Visual Basic 3 et Corel Draw 3. Il date de 1997 et tourne sur différentes versions de Windows 3.1 à XP.

Merci à Christophe Zerkowski.

Jouabilité
Variété des tableaux
Logique

Résolution fenêtré 640x480
Durée de vie

Par Lancelot



Note : Ce jeu est distribué avec une licence freeware, il est donc totalement gratuit !



 Test: FREECELL

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :


V
ous incarnez un responsable multimédia d'une médiathèque dont je ne citerai pas le nom. Vous vous ennuyez ferme après avoir fait planter le serveur et vous ne savez plus quoi faire pour glander un petit peu moins. Alors vous avez une vision d'un monde rempli de cartes et de jeux ancestraux. C'est décidé vous deviendrez joueur de Freecell.

Le but du jeu est de désemplir le plateau de toutes leurs cartes. Pour cela vous disposez de 4 cases vides, où vous pourrez momentanément y placer des cartes. Bien sûr vous pouvez empiler les cartes les unes sur les autres dans l'ordre suivant en alternant rouge et noire :

-Roi,
-Dame,
-Vallet,
-Dix,
-Neuf,
-Huit,
-Sept,
-Six,
-Cinq,
-Quatre,
-Trois,
-Deux,
-As.

Les graphismes sont aussi bons que le script du jeu. Avec plus de 4 couleurs dont l'immanquable vert sans oublier le rêve de tout joueur de cartes : le rouge. On a même droit à une magnifique animation au centre et haut de la fenêtre avec le roi qui bouge la tête dans la direction du pointeur de la souris. Que dire aussi des sons qui sont dignes de Mozart (dans le ventre de sa mère), dès que vous tentez un déplacement on a droit à un bip digne du plus grand des bios.

Le jeu est doté de l'ensemble des possibilités de placement des cartes. Chaque possibilité est numérotée et ainsi vous pouvez choisir votre partie favorite et multiplier les parties sans jamais tourner en rond.

Que dire de ce jeu à la fois simple et complet, à la réalisation impeccable.
Un must du genre, à posséder absolument.

Gameplay efficace
Très prenant

Strict minimum en sons et animations


Par Zelgolhal


Note :

Un jeu de cartes légendaire. Très efficace quand on s'ennuie au lycée ou au bureau.




 Test: DÉMINEUR

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Démineur


Vous incarnez un responsable multimédia d'une médiathèque dont je ne citerai pas le nom. Vous vous ennuyez ferme après avoir fait planter le serveur et vous ne savez plus quoi faire pour glander un petit peu moins. Alors vous avez une vision d'un monde sans peur des mines ni des guerres.
C'est décidé vous deviendrez démineur.

Votre but est de déminer toute la planète symbolisée par un magnifique quadrilatère divisé en un tas de petites cases de même taille. Sous chaque case il y a une mine qui peut être potentiellement cachée. Si vous cliquez et que rien n'explose alors on verra apparaître un magnifique chiffre qui indiquera le nombre de mines aux alentours. Ainsi vous pourrez supposer où sont les mines. Et si votre intuition est bonne alors le Monde carré sera sauvé grâce à vous. Et vous serez le héros de votre bureau. Bien entendu votre temps est compté. Le but est de déminer le Monde en un minimum de temps et si vous êtes très fort à ce jeu alors vous pourrez frimer devant les collègues en minijupe et vous deviendrez le boss du travail.

Le son est très bien. On apprécie surtout l'agréable bruit de bip qui sonne dès que vous cliquez sur une case. Et dès que vous perdez ça devient magnifique.
Les animations graphiques sont dignes de la dernière Radeon 5 MMX avec le personnage de réinitialisation qui sourcille aussi dès que vous cliquez sur une case et qui a le visage tout désolé dès que vous perdez. C'est magnifique. Et les personnages sourient tout le reste du temps, cela fait chaud au coeur.
Que dire d'autre de ce jeu si ce n'est qu' il est dépourvu de toute violence, ce qui est magnifique pour un jeu.

               

A posséder absolument pour tous les fans du genre ou non.

Jeu simple mais prenant
Intégré à Windows
Aucune évolution de la 1ère version à la version XP

Par Zelgolhal


Note :

Le hit de Microsoft par excellence. A posséder presque absolument pour les fans de la paix dans le monde.





 Test: THE EVEN MORE INCREDIBLE MACHINE

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :

The even more incredible machine (T.I.M pour les intimes) repose sur le principe des dominos en cascade : le premier domino tombe sur le second qui lui même tombe sur le troisième etc... Formant ainsi une réaction en chaîne à l'effet simple de mettre tous les dominos par terre.

Ce jeu est divisé en 160 puzzles et un mode "formes libres". Chaque puzzle a un objectif qui lui est propre comme : "Faire éclater les ballons" ou "Lancer les fusées vers le haut". Pour atteindre cet objectif nous disposons de modules comme un ballon de baudruche, une loupe, un trampoline. Il faut utiliser ces modules de telle sorte qu' ils forment une réaction en chaîne et ainsi de nous permettre d'atteindre l'objectif du puzzle. Chaque module a sa propre façon d'être mis en marche ce qui accroît la difficulté. Par exemple, une boîte contenant une souris dans une roue. La souris ne courrira et n'entraînera la roue que si elle reçoit un choc violent. Et si la roue ne tourne pas elle ne fera pas tourner le tapis roulant.

Chaque puzzle possède aussi sa propre gravité et pression de l'air. Donc si vous faites rebondir une balle sur un trampoline dans ce puzzle, elle ira moins haut que si vous la faites rebondir dans ce puzzle avec la gravité de la lune. Le mode formes libres permet de créer ses propres puzzles ainsi que ses objectifs. Nous pouvons choisir absolument tout du contenu du puzzle et même la gravité et la pression.

Les bons points :

L'interface est très compréhensible et très intuitive. On prend tout de suite le contrôle du jeu sans difficulté. L'utilisation totale de la souris y est pour beaucoup. Les différents tutoriaux permettent aussi de comprendre facilement l'utilisation des modules présents dans le jeu. Les objectifs présentés au début de chaque puzzle favorisent aussi une meilleure orientation dans le jeu. L'utilisation de code à chaque fin de jeu permet de retrouver le puzzle que l'on a quitté ainsi que son ancien score. Les graphismes sont très beaux même sans la 3D. Chaque puzzle contient plusieurs possibilités pour atteindre l'objectif, le joueur n'est pas cantonné à un script. Énorme durée de vie.

Les mauvais points :

Le son du bip ordinateur est assez désagréable surtout qu'il répète sans cesse la même mélodie de 10 notes tous les 30 niveaux. Quand il n'y pas le bip musical un épais silence est produit : aucune musique. Le jeu demande aussi à chaque exécution les modules du manuel de jeu ce qui rend plus ennuyeux chaque exécution. Ne fonctionne que sous DOS (ou DOSBOX) et Mac OS.

Conclusion :

T.I.M est un très bon jeu de réflexion à la durée de vie quasi infinie. A posséder absolument pour les heureux propriétaires d' un système DOS (ou DOSBOX) ou d'un vieux Mac.

Par Zelgolgalshonenonizukayoung



Note :

Un jeu de domino géant délirant et à la durée de vie ultra longue. Il est considéré comme abandonware.





Evolugame est paramétré pour un affichage en 800*600. Il est compatible Mozilla firefox 1.5, et Internet Explorer 7.0.
Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.
Site Web sous Copyright © 2005 par PHP-Nuke. Tous droits réservés. PHP-Nuke et FS-Nuke sont des logiciels libres en version GNU/GPL license.
Version Adapté à free.fr et à online.net par FreeScript.be
Page générée en: 0.20 Secondes