Welcome to !

     Test au hasard




     Jeux
Les tests classés par:

-Ordre alphabétique

-Ordre chronologique

-Genre

-Plateformes

-Série

-Tous

Téléchargements


     Plateformes
Plateformes

     Site
Aider le site

Ecrivez un article

Recommandez nous

Statistiques

Top 10

Contacts

Crédits


     Recherche



     Partenaires




Jeux Plus






Evolugame: Sport

Recherches sur ce sujet:   
[ Aller à l'accueil | Sélectionner un nouveau sujet ]



 Test: COUPE DU MONDE 98

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Coupe du Monde 98

« C’est beau un monde qui joue ». Surtout quand le jeu offre autant de possibilités que celui-ci. Un vrai régal !

Posséder la licence officielle de la Coupe du Monde de Football 98 implique une lourde responsabilité. Celle de faire rêver des millions de fans de football, de leur donner l’occasion de vivre et revivre les exploits de leurs stars préférées du ballon rond. Pour y parvenir, les programmeurs d’Electronic Arts ont tenu en premier lieu à imprégner leur jeu de l’atmosphère de fête propre à cette gigantesque manifestation sportive. Le si décrié Footix s’amuse donc à virevolter sur votre écran, et au-dessus de chacun des stades que vous sélectionnez. Les supporters chantent, la bière coule à flot, les tambours résonnent.

Avant chaque match, CM98 nous en met plein la vue en présentant les monuments historiques des 10 villes. L’architecture des stades a même été respectée ! Ce souci du détail et de la documentation, inédit pour un jeu de football, surprend agréablement. D’autant plus que l’on peut même avoir accès à l’historique des clubs : meilleurs buteurs et recordmen des sélections.

Mais évidemment, ce qui compte le plus, pour un jeu de foot, c’est la jouabilité. Les stades sont magnifiques, les joueurs aussi, mais tout cela ne compte pas sans le plaisir de passer, de déborder une défense, de tirer et de marquer. Et comme pour la plupart des jeux en 3D, se pose la redoutable question de la gestion des caméras. Eh bien aussi incroyable que cela paraisse, les joueurs ont beau être énormes, les actions s’enchaînent rapidement et avec fluidité. La caméra suit le ballon sans aucun problème.

Certes, il faut un certain temps pour se rendre compte que la « caméra TV » constitue le meilleur choix parmi les huit possibilités, mais ensuite, on prend vraiment du plaisir. Le système de contrôle des joueurs (8 réglages possibles) permet le jeu à une touche de balle et les une-deux. En effet, il suffit d’appuyer sur le bouton de passe avant de recevoir le ballon pour le retransmettre immédiatement dans la direction voulue. Et si vous trouvez cette option gênante, vous pouvez la désactiver facilement.

Au niveau amateur, vous trouverez sans doute le jeu limité : facile de passer 6 buts à une équipe comme la Belgique. Toutefois par la suite, en sélectionnant le niveau pro, vous vous rendrez compte qu’il vous faudra impérativement utiliser toutes les commandes du paddle : elles permettent feintes de corps, coups du sombrero et autres doubles-contacts. Avec le niveau international, l’opposition deviendra vraiment très relevée, et exigera une pratique assidue. Tant mieux !

Bien évidemment, vous pourrez éditer vos propres joueurs et équipes, mais le plus intéressant reste encore de participer à cette fameuse Coupe du Monde. Les 32 équipes qualifiées, plus huit autres parmi lesquelles la Russie, sont bien présentes, avec les vrais noms de joueurs. Chaque groupe a été respecté, mais vous pourrez toujours les lancer de manière aléatoire : une bonne manière d’allonger la durée de vie. La mise en scène vraiment télévisuelle, ainsi que la qualité de l’animation des footballeurs vous plongeront au cœur de l’événement. Et si vous remportez le trophée tant convoité, vous accéderez aux matches mythiques de la Coupe du Monde. Comme cette finale Uruguay-Argentine de 1930…

Graphisme : à en oublier les polygones
Son : on retrouve l’ambiance du Mondial
Durée de vie : 3 niveaux de difficulté, mode Classique…
Jouabilité : talonnades, retournés, têtes plongeantes, on peut tout faire
Présentation : festive
Originalité : de bonnes idées

Commentaires trop scolaires de David Ginola

Par  Emmanuel Guillot

Merci à pour les captures d'origine




 Test: KINGS OF THE BEACH

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :


Kings of the beach
, c'est probablement la première simulation de beach volley sur ordinateur. Bien que ce sport soit désormais mondialement connu, il fallait avoir l'idée et les moyens de développer ce type de jeu à cette époque. Surtout que les portages sont différents étant donné l'hétérogénéité des plateformes : d'abord sorti sur PC en 1988, il suivra sur Commodore 64 en 1989 puis sur NES en 1990. Pour qu'Electronic Arts adopte un titre PC sur console et non l'inverse, c'est qu'il devait s'agir d'un hit...

A la fin des années 80, les jeux ne peuvent s'illustrer par leur seule qualité graphique, car les écarts ne sont pas très importants selon les titres, et les moyens sont de toute façon limités par la technique de l'époque. C'est ainsi que King of the beach s'appuie avant tout sur la jouabilité et le fun.

Titre

Choix du joueur

Au niveau jouabilité, nous sommes en présence d'un bon titre. Le personnage répond bien, il peut se déplacer partout sur le terrain, à la verticale, à l'horizontale ou en diagonale grâce au pavé numérique. Pour bien visionner le jeu, les concepteurs ont choisi une vue en 2D isométrique assez convaincante. Seul problème mais qui donne aussi son piment au jeu, c'est de bien suivre la trajectoire du ballon en profondeur mais le joueur est régulièrement assisté dans certaines positions ou certains coups plus complexes. 3 niveaux de difficulté sont paramétrables. Les joueurs peuvent évoluer en attaque ou en défense, selon les situations, le rôle de chaque touche diffère. Sur PC ou Commodore 64 dépourvus de manette, il faudra s'habituer à des touches peu conventionnelles ! Vous pouvez aussi jouer au pad, mais laissez tomber la souris, c'est une catastrophe.
Point fort : la possibilité de jouer à 2 joueurs, ce qui est sympa en face à face ou en double.

Touches joueur 1

8 - 2

Monter au filet - Reculer en fond de terrain

4 - 6

Se déplacer latéralement

7 - 9 - 1 - 3

Evoluer en diagonale

L

Servir à la cuillière - Bloquer - Smasher

M

Servir - Passer

%

Servir - Manchette

Touches joueur 2

T - B

Monter au filet - Reculer en fond de terrain

F - H

Se déplacer latéralement

R - Y - V - N

Evoluer en diagonale

Q

Servir à la cuillière - Bloquer - Smasher

S

Servir - Passer

D

Servir - Manchette

Côté fun, c'est tout simple. Déjà la discipline s'y prête fort, mais l'ambiance générée par des joueurs un peu "hors-normes" et plus touristes que sportifs donne une impression de jeu accessible et agréable. Le public applaudit, lorsqu'un adversaire rate son coup, de temps en temps il râle en donnant un coup de pied dans le sable. Les changements de côté régulier sont aussi l'occasion d'une petite animation et les jeunes femmes en bikini sont de la fête ! A l'issue du match apparaît un tableau de statistiques avec les pourcentages de réussite des différents coups. L'intelligence artificielle, même si elle est limitée, permet de pallier dans une moindre mesure à l'utilisation des mêmes coups de façon récurente (tout dépend du niveau choisi).

Menu principal

Presentation des joueurs

Le menu principal s'affiche sur une plage où figurent 6 espaces :
- BUMP : Entraînement - travailler le retour direct (1 contre 1)
- SET : Entraînement - Travailler la passe (2 contre 1)
- SPIKE : Entraînement - Travailler le smatch (2 contre 2)
- MATCH : Simple match (2 contre 2)
- TOURNAMENT : Tournoi (2 contre 2)
- REGISTRATION : Paramétrages : niveau, joueur, sons, quitter le jeu...
Les espaces match et tournoi paraissent un peu faibles en nombre (2) par rapport aux espaces d'entraînement (3), ceci dit ce n'est qu'une impression car ils sont complets. De quoi pas mal s'amuser !
Vous ne pouvez pas sauvegarder mais au fur et à mesure de votre progression dans un tournoi, un mot de passe vous est donné, ce qui vous permet de reprendre là où vous vous étiez arrêtés. 

Entraînement 1 contre 1

Match 2 contre 2

Les graphismes sont très sommaires mais restent corrects pour l'époque, on aurait bien aimé dans la version PC qu'il y ait possibilité de jouer en VGA 256 couleurs et non pas uniquement en EGA 16 couleurs. La résolution est du 320*200 pixels, dans la moyenne de cette période. La version NES a peut-être plus de couleurs mais la différence n'est pas transcendante ! Le plus sympa a été d'intégrer des petites animations sympas des personnages. Côté son, c'est le minimum syndical ! Pas de gestion d'effets sonores ou de musiques dignes de ce nom, c'est juste le haut-parleur interne qui se défoule. Dommage...

Statistiques

Mot de passe et bikini...

Au final, un bon p'tit jeu fun et agréable à jouer, auquel il ne manque quasiment que des graphismes un peu plus travaillés et des sons dignes de ce nom. Sinon c'est jouable et on se prend assez vite au jeu en rentrant dans des tournois effrénés. Le volume de jeux étant moindre à l'époque, les joueurs épuisaient beaucoup plus les titres et y trouvaient probablement beaucoup plus d'intérêt qu'aujourd'hui.

Jouabilité
1 ou 2 joueurs
Fun

Sons
Graphismes EGA uniquement

Par Lancelot

Merci à pour une partie des captures d'origine



Note : Ce jeu est considéré comme abandonware.



 Test: FIFA FOOTBALL 2004

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Fifa 2004


E
t voici le 2004, encore un nouveau Fifa, toujours pareil mais quand même plein de nouvelles options dans ce nouvel opus des classiques du football.

Fifa 2004, c’est nouveau et c’est bien. On retrouve tous les modes qui font le bonheur des footballeurs.

Tout d’abord, le "Match immédiat". On veut se divertir vite et bien : choisissez le championnat dans lequel évolue l’équipe que vous suivez pour de vrai ou, du moins, l’équipe que vous souhaitez utiliser. Retrouvez-là ensuite dans les vingt formations évoluant dans le championnat. De même pour votre pote (s’il y en a un à côté de vous). S’il n’y a pas de pote, ce n’est pas grave. L’ordinateur ou la console fera un très bon adversaire dont on peut choisir l’expérience et la réussite. En effet, si vous êtes débutant, prenez pour vous une très bonne équipe (notamment dans les championnats de France et d’Angleterre). Mais pour votre adversaire, pas de pitié, vous avez le droit de piocher dans la Quatrième Ligue Anglaise, qui regroupe des équipes ayant très peu de bons joueurs et de technique. Ensuite, on choisit son stade, son maillot et la formation qui sera à domicile. Il ne reste plus qu’à aller sur le terrain et battre l’équipe d’en face.

Continuons : le tout nouveau mode "Carrière". Vous vous retrouvez dans la peau d’un jeune entraîneur qui doit faire ses preuves chez les grands ou les petits suivant l’équipe que vous choisissez, le tout en 5 années. Et voilà un grand dilemme pour se décider entre la Première Ligue Anglaise, la Ligue 1 Française et la vingtaine de championnats différents. Dans le championnat sélectionné, il ne reste plus qu’à choisir la 1ère formation que l’on devra entraîner. Vous vous retrouvez alors à la place de Arsène Wenger, Paul Le Guen ou encore un entraîneur d’une toute autre équipe. A vous alors de disputer votre premier match pour la course au titre. En tant qu’entraîneur, vous avez une série d’étoiles qui montre votre réussite et votre expérience. Plus vous avez d’étoiles remplies, plus vous avez de titres à votre actif. Mais ces étoiles ne se remplissent qu’à la fin de la saison, après le championnat et les différentes coupes disputées par votre équipe.

Au début de votre saison, des objectifs vous sont donnés : remporter le championnat, marquer au moins 65 points, marquer à chaque match ou encore gagner 8 fois de suite. Dans ces mêmes objectifs, il y a aussi : Relégation et Différence de buts négative. Ceux-là ne sont pas vraiment des objectifs mais plutôt ce qui est à ne pas atteindre à tout prix. Ces objectifs changent pour chaque équipe et à chaque nouveau contrat. A la fin de la saison, quand le bilan est fait, des points sont distribués. Chaque objectif coûte des points : 800 pour la victoire en championnat, - 400 pour la relégation. Vous commencez avec 1000 points auxquels seront ajoutés les points des objectifs.

Les points servent à quelque chose : l’entraînement de votre équipe est à ce prix : 100 pour un entraînement normal collectif, plus de 1000 pour l’entraînement de base de votre attaquant célèbre et meilleur buteur du moment. Le prix des entraînements change après plusieurs saisons. Il faut faire très attention à ne pas dépenser tous ses points car ils servent aussi pour la négociation des transferts.
Trêve de plaisanteries, le but du jeu est quand même de s’éclater sur le terrain. Aller, hop, sur la pelouse et bonne chance. Marquer des buts, tacler devient votre occupation quotidienne. Vous devez gérer les remplacements, les blessures et, nouveau, la fatigue de vos joueurs. En effet, une barre de fatigue fait son apparition sur l’écran. Chacun de vos joueurs a un taux de fatigue plus ou moins élevé. Il perd de sa vigueur lorsque vous le faites faire des accélérations (pour semer un joueur adverse qui vous colle trop). Aller, un petit tir qui trompe le gardien et C’EST LE BUT !!!!! 1-0, ce n’est pas encore assez. Il vous faut marquer plein de buts pour devancer vos adversaires directs au classement de championnat grâce à la différence de buts (il ne faut pas que vous l’aillez négative car sinon, vous perdrez des points donnés pour les objectifs à la fin de la saison).

Mais il n’y a pas que le championnat qui compte : vous participerez aussi aux coupes nationales du pays auquel appartient votre équipe : la Coupe de France et la Coupe de la Ligue en France, la Coupe de la Ligue Anglaise et la Coupe d’Angleterre en Angleterre. Après une année ou plus, si vous vous êtes rangé dans les quelques premiers, vous avez la possibilité de participer à des coupes européennes (un challenge contre la Juv, Arsenal ou encore le Bayern de Munich). Toutes ces compétitions vous permettent de prouver encore plus à vos dirigeants que vous êtes L’ENTRAÎNEUR qu’il faut conserver pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Mais le fait de remporter une compétition permet aussi de gagner plus d’étoiles lors de la fin de saison.

Les transferts se font pendant 2 périodes de la saison : pendant 1 mois et demi après le début de la saison (fin août/septembre) et au moment du "Mercato" d’hiver, entre décembre et février. Il vous suffit d’aller dans le menu et de chercher le joueur que vous voulez transférer. Si vous n’avez aucun point de prestige, la transaction est impossible car chaque joueur coûte son pesant d’or en négociations.

Mais ce qui est bien dans ce jeu, c’est que tout est pris en compte : en effet, si vous terminez dans les 3 premiers de votre championnat, vous êtes qualifiés pour faire la Coupe des Clubs Champions, maintenant Ligue des Champions. Vous pouvez aussi tenter de faire un Grand Chelem en remportant tout : championnat, différentes coupes…

Il y a aussi, dans le mode Carrière, un Musée des Maillots. Tout simplement, lorsque vous battez une équipe en championnat ou dans une des coupes, vous gagnez les maillots que porte la formation battue à domicile ou à l'extérieur. Lorsqu'en une saison ou plus, vous arrivez à battre toutes les équipes évoluant dans votre division, vous gagnez les troisièmes maillots de certaines équipes.
Mais fort heureusement, il n’y a pas que le mode Carrière. On peut aussi s’essayer sur le mode Compétition : tout simplement, les différentes Coupes que l’on peut faire en championnat, hormis la Ligue des Champions. Il ne vous reste plus qu’à vous éclater sur le terrain, à arriver jusqu'à la finale et à remporter la Coupe avec votre équipe préférée.

On peut aussi s’entraîner aux coups francs directs ou indirects, aux corners ou tout simplement au jeu avec un certain nombre de joueur(s) qui peut être différent selon vos désirs. Ce mode est très pratique car on peut s’attendre à tous les coups bas que peut nous faire l’adversaire, qui a différents niveaux de difficulté : amateur, semi-pro, pro et international.

Il y a aussi une astuce qui peut être pas mal si vous êtes à court d’argent et de bons joueurs : les échanges. En fait, il vous suffit de faire un échange entre un joueur de votre équipe et un joueur que vous aimeriez bien avoir mais vous n’avez pas assez de sous pour. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à retourner dans votre partie Carrière ou de faire un match avec les nouveaux effectifs. Comme ça, on n’a plus à se casser la tête pour les transferts.


Mais, pour ce jeu, les développeurs ont inséré le système "Off the Ball Control" : en clair, un système qui permet de contrôler 2 joueurs à la fois. On peut même choisir de se faire des passes entre les joueurs pour permettre des gestes tels que des une-deux. Cela permet aussi de se mettre à plusieurs dans la surface adverse même si le système est difficile à contrôler.

Le multijoueur se distingue car on peut jouer à 4 sur un même match : 2 contre 2 ou 1 contre 3. Après, on peut faire des combinaisons encore plus magnifiques que celles que l’on peut faire sur des corners ou des coups francs. Fifa 2004 offre la possibilité de faire des parties sur le XBox Live.

En gros, bien que classique, Fifa 2004 s’illustre quand même grâce au Off the Ball Control. De plus, on peut avoir un aperçu de la tête de certains joueurs lorsqu’on est dans le panneau des transferts. Question graphique, on peut reconnaître les joueurs quand ils sont en train de faire la fête après un but ou alors après une faute, où l’on voit une petite cinématique montrant la faute en question. Les commentaires ne reviennent pas trop souvent mais par contre, ils sont parfois un peu décalés : le commentateur dit que le joueur peut tirer au but alors que le ballon est déjà au fond des filets. Ce qui est bien aussi, c’est les cris des supporters vraiment correspondant au match en cours (pendant un match OM-Rennes, on peut entendre : "Nous sommes les Marseillais, et nous allons gagner" ! Quelque peu déstabilisant pour l’équipe adverse mais on s’en sort quand même). Hormis la durée de vie limitée de la carrière (5 ans) qui ne nous permet pas d’entraîner beaucoup de clubs, le jeu est très bien conçu.

Mode carrière
Off the Ball Control
Multijoueurs

Durée de vie de la carrière
Commentaires parfois décalés


Par Mikonos



 Test: SUPER PUNCH-OUT !!

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Super Punch Out

Alors, vous avez la musique de l'Oeil du Tigre (B.O.F. Rocky 3) ?
Alors vous sortez le mp3/k7/CD et vous le mettez dans la platine...
Bon ok, c'est un jeu de boxe, mais retirez vos gants de boxe car avec la manette et/ou le clavier ça va pas être top :p
Ok, allez on commence le test... Au fait, vous pouvez remettre votre t-shirt aussi pas besoin d'être torse nu pour jouer. Ok c'est bon vous êtes refroqué ? Allez on y va.

Un joli petit jeu classique qui permet de beaux moments de folie. C'est un jeu de boxe anglaise, à la sauce japonaise, c'est à dire que vous pouvez rencontrer :

- Un petit vieux de 56 ans qui fait 55 kg.
- Un gros canadien dont les coups au ventre lui font tirer la langue.
- Un bon gros black bien balèse.
- Un petit vieux avec un baton.
- D'autres persos dans le même style.

Les personnages

C'est un jeu bien fun qui hélas, trois fois hélas, ne permet q'une partie en solo, je me suis surpris plusieurs fois (hors du jeu) à repenser comment attaquer tel ou tel adversaire et à lancer le jeu pour voir ce que cela donnait. Donc c'est un bon jeu qui agit telle une bonne drogue, quand on s'y attend pas, on y repense et on re-saute dessus.

Les coups des 16 personnages sont assez limités mais qui permettent de beaux combos dans un style gauche-droite-crochet. Une barre de puissance est située dans le bas de l'écran
indiquant le niveau de motivation/force. Arrivé au [S] clignotant de la barre de force, vous pouvez déclencher des coups spéciaux autant de fois que vous voulez tant que l'adversaire
ne vous a pas donné un coup qui fait retomber votre motivation.

C'est un jeu aux très beaux graphismes, un peu style de dessin animé, qui fait du bien au yeux, des couleurs pas trop flash et agréables, le perso est vu par transparence sauf lors des KO et des coups spéciaux. Les persos sont bien dessinés, leurs animations sont assez limitées (limitées au coups spéciaux) mais cela suffit bien pour les deux ou trois dizaines de patates qu'ils vont vous mettre sur la tronche. :)

Les sons sont agréables, aussi bien les musiques qui sont entrainantes que les bruits de
foule lorsque vous mettez un KO. C'est une super ambiance qui prend aux tripes et si vous ne tenez pas compte de votre environnement de jeu, vous vous trouverez vite emporté dans
un super plaisir de jeu.

C'est un jeu à posséder et à lancer lorsque :

- votre patron vout met en boule.
- vos parents vous cassent les pieds
- lorsque vous venez de voir rocky VVI à la télé.

C'est un bon jeu qui permet des heures de plaisir intense ponctué de bonnes crises de rage :)
On joue des heures et comme je l'ai déja dit, on y reprend très vite goût après une ou deux droites. On veut sa revenche, on a envie de casser du méchant, on attaque direct on fait du rentre dedans, on met une ou deux gauche-droite d'un air patibulaire.

Un jeu à tester pour le fun d'y avoir joué et je vous assure que vous aimerez...
Allez venez que je vous mette un tornado punch.

Une version borne d'arcade est sortie en 1984.


Prise en main très rapide
Esquives des coups à faire très intuitifs
Ambiance très prenante

Nombre de personnages à incarner très réduit
Pas de possibilité d'adaptation du personnage

Par Nyneara




 Test: GREAT COURTS 2

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :


Après un premier volet très correct, Blue Byte récidive et nous ressert Great Courts avec plein de nouvelles choses... Ce jeu, c'est avant tout un savant mélange d'arcade et de simulation de tennis. Vous allez découvrir qu'il allie tout ce qui touche à la simulation sportive de haut niveau et la jouabilité d'un jeu d'arcade...

Ecran d'accueil

Pour commencer, après une jolie image faisant office d'introduction agrémentée d'une musique de qualité (produite par Jochen Hippel), vous vous retrouvez confronté à un large choix qui sous-entend tout de suite que le jeu va s'avérer très complet en offrant un nombre important de possibilités. Vous en trouverez un bref aperçu dans le tableau ci-dessous :

Match : Lancez le match tel que vous l'avez paramétré dans les options.
Options : Paramétrez le sexe, le nombre et les capacités des joueurs. Mais aussi le type de terrain (gazon, terrain dur ou terre battue), le nombre de sets des matches et le contrôle (clavier ou joystick).
Informations : Consultez les informations sur le(s) joueur(s) à partir du moment où ils sont créés.
Tournois : Participez aux plus prestigieux tournois (Roland Garros, Wimbledon...) mais aussi aux moins connus durant toute la saison.
Entraînement : Renvoyez la balle seul ou à 2 face au fameux lanceur de balles afin de vous entraîner sur tous vos coups.
Blue Byte : Consultez les noms des différentes personnes ayant contribué à développer le jeu.
Charger : Chargez un parcours préalablement sauvegardé.
Sauvegarder : Sauvegardez votre parcours.
Sortir : Quittez le jeu.

Commençons au niveau des personnages, que ce soit vous qui les dirigiez ou qu'il s'agisse de l'ordinateur. Vous pouvez jouer jusqu'à 4 joueurs (sur un même ordinateur, cumulant joystick et clavier) avec toutes les combinaisons possibles et imaginables : simple2 contre 1 et double, homme, femme ou mixte, l'ordinateur simulant 1, 2 voire 3 joueurs (vous vous retrouvez alors en double avec un personnage joué par l'ordinateur face à 2 autres). Si vous choisissez l'option "Junior", le joueur peut être piloté dans ses déplacements par l'ordinateur mais par vous dans les coups qu'il effectue. Chaque personnage a ses forces et ses faiblesses au niveau des coups, le choix importe donc beaucoup. Vous pouvez de plus créer votre propre joueur.

Menu options

Au niveau des terrains, les 3 types de surfaces existantes sont présentes dans le jeu :

- Gazon (ex : Wimbledon) : Terrain semi-rapide sur lequel la balle rebondit très fréquemment. Elle perd peu de vitesse après avoir touché le sol. Mieux vaut un jeu assidu au filet, pour marquer un point assez rapidement.

Terre battue (ex : Roland Garros) : Grand "égalisateur" parmi les revêtements. La balle perd beaucoup d'énergie en touchant le sol et sa vitesse s'en trouve donc considérablement diminuée. Ce terrain exige plus de patience que de technique pour marquer un point. La balle rebondissant à faible hauteur du sol, il est vivement conseillé de ne sous-estimer aucune balle de l'adversaire. 

- Surface rapide (ex : Melbourne) : Egalement un terrain typique pour services et volées. La balle, grâce à sa forte élasticité, perd peu d'énergie et de hauteur. Cependant, un jeu où l'offensive et la défensive se tiennent en équilibre, mène dans la plupart des cas à la victoire. 

Simple homme

sur gazon

2 contre 1

sur terre battue

Double mixte

sur surface rapide

Vous bénéficiez de 3 modes de jeu différents :

- Entraînement : Face au lanceur de balles, vous pouvez perfectionner vos diverses techniques de frappe. 20 différentes exactement couvrant toutes les attaques ou les retours possibles plus un mode aléatoire. Mais il peut aussi être adapté à votre jeu. L'ordre des coups et leur puissance peuvent être programmés selon vos besoins.

- Match : Mesurez-vous dans un match unique dont vous aurez au préalable paramétré toutes les options (nombre, sexe et niveau des participants, surfaces et nombre de sets). C'est très rapide à programmer et peut être joué en peu de temps.

- Tournoi : Disputez les tournois existants, en solo ou en double (type Roland Garros) mais aussi en équipe sur toute une saison (Coupe Davis). Etant donné qu'un seul joueur ne serait en mesure, compte tenu du nombre de compétitions, de participer à tous les tournois, vous serez amené à établir votre planning de tournois avant le début de l'année. Pour ce faire, vous utiliserez l'icône "Agenda". Le nombre de tournois diminue lorsque vous choisissez la Coupe Davis.

Séance d'entraînement face au lanceur de balles

Comme vous l'observez ci-dessus, les déplacements et les coups des joueurs sont biens réalisés, ce qui rend le jeu non seulement plus agréable mais aussi plus réaliste. Les animations ont fait l'objet d'un travail conséquent, qui est encore plus mesurable durant les matches âprement disputés, notamment en double. Les points évoqués dans les paragraphes précédents (variété et richesse des paramétrages) laissaient penser que l'on était en présence d'un jeu résolument axé simulation sportive, la jouablilité exemplaire des personnages nous prouve qu'il peut aussi bien se prévaloir d'une dimension arcade.

Les coups que vous pouvez réaliser sont très nombreux : lobe, coup droit, volée, smash, passing (un petit bémol concernant l'amorti que je n'ai jamais réussi à effectuer)... Leur rapidité est aussi ajustable grâce au temps pendant lequel vous avez le temps d'anticiper votre frappe et la durée pendant laquelle vous maintenez la touche ou le bouton "action" enfoncé. Le service est aidé par une "cible" qui apparaît sous forme de rond pour guider vers le point d'atterrissage aproximatif où vous voulez envoyer votre balle (cf capture d'écran ci-dessous).

Joueur du bas au service

Score


En conclusion, on ne peut qu'applaudir le travail des concepteurs car on est en présence d'un jeu de sport de qualité aussi bien au niveau de la jouabilité que du panel des options ou du respect de l'environnement du tennis. N'oublions pas qu'au moment de sa sortie les jeux sur ordinateur étaient bien moins nombreux et les possibilités techniques étaient largement moindres. Réussir un jeu de sport, qui se joue à plusieurs, qui allie simulation et arcade et qui a une certaine qualité graphique était d'autant plus dur. Great Courts 2 est de ceux-là.

Jouabilité
Multijoueur
Richesse du jeu

Pas grand chose...

Par Lancelot

Merci au webmaster du site Tik's Atari ST Image Riot pour une partie des images de ce test.



Note :

Ce jeu s'appelle "Pro Tennis Tour 2" dans les pays anglophones. Il est considéré comme abandonware.




 Test: FIFA 98 : Road to the World Cup

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
Fifa 98

Encore un FIFA, cette fois-ci celui de l’année 1998. EA redévellope encore une fois le foot. Ce FIFA est plus spécial que les autres car il a une nouvelle option, en exclusivité.

Nous voilà maintenant dans un jeu où plusieurs options sont possibles : Match amical, Road to the World Cup, Championnat, Tirs au but et Entraînement.

Dans le mode Match amical, vous avez le choix entre environ 30 équipes nationales : le France, le Brésil, l’Angleterre et plein d’autres équipes. Choisissez votre équipe modifiez-là comme bon vous semble : changez la position des joueurs sur le terrain, mettez par exemple Barthez à la place de Lama et renvoyez Lebœuf sur le banc des remplaçants. Vous pouvez aussi modifier le placement des joueurs des autres équipes et mettre à la prochaine équipe que vous allez rencontrer des joueurs lents (ceci n’est qu’une astuce mais il y en a plein d’autres…).

Lorsque vous êtes prêt avec l’équipe que vous avez concoctée, il vous suffit de trouver une formation à la hauteur de la vôtre. Voilà, vous et votre adversaire êtes prêts à se battre dans un duel sans merci. Les dernières choses à modifier sont le terrain la durée de la mi-temps et la « couleur » du ciel. Là, il ne vous reste plus qu’à choisir : en salle (exclusivité du mode amical !!!), stade de France, stade Anglais, des USA,… Ensuite, la longueur de la mi-temps peut-être de 2, 4, 6, 8, 10, 20 ou encore 45 min, comme dans un vrai match. La dernière chose à régler est le temps du ciel : il vaut mieux le mettre en dégagé ou ensoleillé mais pas en neigeux car, sinon, les cartons jaunes risquent de fleurir (mais nous en reparlerons ultérieurement). Il ne reste plus qu’à charger et vous voilà sur le terrain. 

Votre mission est de remporter le match, le tout en marquant des buts sans en laisser passer. Pendant ce match, vous avez accès à un très grand nombre d’options pour votre équipe : les changements de joueurs, leurs positions,…Après les buts (exceptionnels si possible), on peut aussi enregistrer des vidéos : on la regarde et ensuite, on l’enregistre. Pour la revoir, il suffit d’aller dans le menu principal et de choisir « Moments forts ». On peut aussi changer l’angle de la caméra : caméra de TV, balle, gardien, tribune,…On peut aussi savoir quand ont été marqués les buts et l’identité des buteurs (même chose pour les cartons).

Le second mode est « Road to the World Cup ». On peut y revivre tous les moments de la Coupe du Monde avec l’équipe de votre choix. Tout d’abord, les qualifications : dans un groupe de 4 équipes, soyez 1er ou 2nd pour être au 1er tour. Après le 1er tour, si vous êtes admis, la phase finale se présente à vous avant la finale. Il ne faut absolument pas perdre, car, sinon, tous les espoirs sont réduits à néant.

Le dernier long mode est le championnat. Il y a le choix entre le championnat de France, d’Angleterre, du Brésil, de Malaisie, d’Italie, d’Allemagne, des Pays-Bas, d’Ecosse, de Suède, d’Espagne et des Etats-Unis. Vous avez alors la possibilité de choisir votre équipe : pour le Championnat de France, plein d'équipes sont disponibles : Cannes, Rennes, Nantes, Monaco, le PSG, Marseille… Mais un des inconvénients de ce jeu est son « ancienneté » : en effet, pour les transferts, on doit chercher les joueurs dans leur équipe d’époque (un peu difficile pour reconstituer une équipe comprenant les meilleurs joueurs de 1998 et avant). Votre équipe choisie, le Championnat peur commencer : environ 40 matches vous attendent. Le seul petit inconvénient est les équipes à disposition : on aurait évidemment pu mettre que les clubs de 1ère division : en réalité, on retrouve des équipes de nationale ou de D2. Il aurait été préférable de ne trouver que des clubs de l’élite.

Ensuite, il y a le mode Tirs au But : choisissez la formation de votre choix et jouez contre une autre aux tirs au buts (ou penalty).

Il ne reste plus que le mode Entraînement. Dans celui-ci, vous pouvez disputer un match amical contre des joueurs de votre propre équipe. Des buts de jeu sont fixés pour la défense ou l'attaque. Par exemple, au tirs au buts, la défense doit arrêter le ballon alors que l'attaque doit marquer un but. Même chose pour les corners, l'attaque doit marquer, la défense doit faire passer au ballon la ligne médiane. C'est pareil pour le match d'entraînement et les coups francs. Ce mode peut être très utile pour les débutants.

Pour ne pas vous retrouvez avec un 13-0 dans les dents, il faut, dès l'engagement, tacler les joueurs adverses et leur prendre le ballon. Faites des passes ou foncez dans le tas, arrivez dans la surface ennemie et shootez pour un tir cadré qui part soit dans les filets soit dans ls bras du gardien (il arrive à celui-ci de faire des erreurs : il touche le ballon mais il part quand même dans les buts).

Niveau graphismes, Fifa 98 est limite mais il n’est pas fait pour la proximité et pour les belles images. On peut quand même distinguer les numéros sur les maillots des joueurs.

La musique est rythmée mais pendant les matches, les commentaires sont plutôt lassants, à force d'entendre les mêmes phrases.

Ce jeu est vraiment bien fait mais il manquerait une option : la Coupe d’Europe des Nations (ou Euro pour ceux qui ne connaissent pas bien le foot). Il y a par contre un petit problème que j’espère non volontaire de la part des développeurs : un des commentateurs, David Ginola (l’autre est Thierry Gilardi), fait partie de la sélection française. Donc, ce joueur et « artiste de la TV" peut marquer des buts tout en étant avec son ami Thierry dans la loge des commentateurs.

Sans aucune innovation, ce jeu peut être considéré comme vieux par certains mais ceux-ci devraient l’essayer et changer d’avis.

Un Fifa quand même très célèbre car il est sorti au moment de la Coupe du Monde 1998, la seule remportée par les Bleus.

4 modes de jeu
Jouabilité

Quelques incohérences
Pas d'innovations
Graphismes

Par Mikonos





 Test: DAVE MIRA FREESTYLE BMX

Editeur : 2008

Date de sortie :

Genre :
DAVE MIRA FREESTYLE BMX
Voilà un jeu pour les mordus de BMX qui n’ont pas froid aux yeux. Enfin un jeu dans lequel vos pourrez incarner les 10 plus grands champions comme Dave Mira ou Joe Garcia.

Dans ce jeu, vous aurez le choix entre 4 modes de jeu :

- Proquest
- Session
- Freeride
- 2 joueurs

Dans le 1ermode (proquest) vous devrez incarner l’un des 10 personnages disponibles (il n’y a pas de personnage caché). Ensuite il faudra choisir votre vélo. Vous n’aurez qu’un vélo au début mais vous pourrez en débloquer en gagnant des compétitions ou en réussissant des challenges (à la fin vous en aurez 5). Après ça, il y aura le style à choisir. Pour ce faire, vous n’aurez qu’un style au début mais vous pourrez, comme pour les vélos, en débloquer (il faut 4 sponsors pour un style). 

Pour finir, il faudra que vous choisissiez le terrain sur lequel vous évoluerez. Le système est le même que pour le style (ou les vélos) car au début vous n’aurez qu’un “BMX Parc”. Vous pourrez débloquer jusqu'à 12 parcs tous différents. Dans les 6 premiers il faudra effectuer 3 séries de chalenges par circuit. Dans les 6 autres vous participerez à des compétitions qui, comme les challenges, seront de plus en plus dures. Dans les 6 compétitions vous aurez 2 runs de 2 minutes chacun pour effectuer les figures les plus impressionnantes possibles sans tomber.

Maintenant que vous savez tout sur le mode proquest je vais vous parler du mode session. Dans ce mode vous pourrez tenter de battre vos records (comme le plus long saut) sur les parcs débloqués. Vous aurez, comme dans le mode proquest, des runs de 2 minutes. Vous ne pouvez pas débloquer de vélos ou de styles dans le mode session.

Dans le mode freeride vous ne pourrez, comme dans le mode session, évoluer qu’avec les objets et les vélos et les parcs débloqués. Dans ce mode vous n’aurez pas de temps ni de score car le seul but est de placer des figures pour les connaître et savoir quand les faire ce qui permet d’être plus fort.

Nous arrivons enfin au mode 2 joueurs (2 players dans le jeu) dans lequel vous pourrez vous mesurer à vos amis. Vous ne pourrez utiliser que les objets et les parcs débloqués(comme dans les autres modes). Vous vous affronterez dans 1 run qui durera de 30 secondes à 5 minutes chacun votre tour. Vous pourrez choisir “L’action à effectuer” comme le plus long slide ou le meilleur score. L’avantage de passer chacun son tour c’est que l’écran n’est pas coupé en 2 et que la vue n’est pas réduite. l’inconvénient c’est que le nombre de jeux différents est limité.

Maintenant que vous connaissez tout des modes de jeu passons aux avantages et aux inconvénients du jeu. Ce jeu comporte 3 gros inconvénients car pour commencer il est entièrement en anglais ce qui peut embêter quelques personnes. Ensuite il comporte un défaut de réalisme parce que faire un saut de 25 mètres de haut en compétition c’est pas faisable. Le 3ème et dernier défaut du jeu c’est qu’il n’y a qu’une musique par parc et qu’elle passe en boucle. Ce n’est pas très embêtant en mode proquest mais quand vous passez 15 minutes dans le même parc ça devient énervant.

Malgré ses défauts ce jeu est très amusant et on s’éclate quand même.

Multiples modes de jeu
2 joueurs
Fun

Jeu en anglais uniquement
Réalisme
Musiques répétitives

Par Khan





Evolugame est paramétré pour un affichage en 800*600. Il est compatible Mozilla firefox 1.5, et Internet Explorer 7.0.
Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.
Site Web sous Copyright © 2005 par PHP-Nuke. Tous droits réservés. PHP-Nuke et FS-Nuke sont des logiciels libres en version GNU/GPL license.
Version Adapté à free.fr et à online.net par FreeScript.be
Page générée en: 0.07 Secondes